GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 24 Juillet
Mercredi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Donald Trump refuse d'inaugurer la nouvelle ambassade des Etats-Unis à Londres

    media Donald Trump a annulé sa visite à Londres (photo prise le 8 janvier 2018). REUTERS/Jonathan Ernst

    Donald Trump annule sa visite à Londres. Le président américain devait inaugurer la nouvelle ambassade des Etats-Unis. Sur Twitter il critique un projet qu'il estime trop coûteux et pas assez central. Mais d'autres raisons pourraient expliquer le refus du dirigeant de se rendre dans la capitale britannique.

    De notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    C'est par un tweet boudeur que Donald Trump a annoncé qu'il ne viendrait finalement pas à Londres en février. « La raison pour laquelle j'annule mon voyage à Londres est que je ne suis pas un grand fan de la décision de l'administration Obama de vendre l'ambassade probablement la mieux placée et la plus belle de Londres pour des "cacahuètes", tout ça pour en construire une nouvelle au milieu de nulle part pour plus d'un milliard de dollars. » Et le président américain de conclure, rageur : « Mauvaise affaire. On voulait que je coupe le ruban. NON ! »

    Mais la raison invoquée par Donald Trump a suscité la surprise puisque le déménagement de l'ambassade américaine de Londres avait en fait été décidé par l'administration de George Bush dès octobre 2008. Pour beaucoup le problème est plutôt le climat hostile à l'égard du locataire de la Maison Blanche. Cette visite s'annonçait houleuse tout comme celle d'Etat tendue par Theresa May dès la nomination de Donald Trump.

    Réagissant au tweet du président, le maire de Londres, Sadiq Khan s'est d'ailleurs félicité que Donald Trump ait « compris le message » des Londoniens pour qui, il n'est pas le bienvenu.

    Pour le gouvernement de Theresa May en revanche, la situation commence à être embarrassante : alors qu'il a été le premier à l'inviter, le Royaume-Uni attend toujours de recevoir le président après la France, l'Allemagne ou la Belgique et se désespère de voir se refroidir sa « relation spéciale » avec son plus proche allié.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.