GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Grèce: la restriction du droit de grève adoptée malgré les manifestations

    media Une manifestante devant le Parlement grec à Athènes, ce lundi 15 janvier 2018. REUTERS/Costas Baltas

    Le Parlement grec a adopté une restriction controversée du droit de grève. Elle fait partie d’un nouveau train d’une centaine de mesures demandées par les créanciers pour clore la troisième revue du programme grec de réformes; 154 députés ont voté pour sur 300. Le gouvernement d’Alexis Tsipras essaye de faire passer ces mesures impopulaires pour en finir avec ce qu’il espère être le mémorandum cet été. Le vote a eu lieu malgré une seconde grève générale lancée lundi 15 janvier, après celle de vendredi dernier. Les syndicats étaient dans la rue pour défendre leur droit de grève.

    Avec notre correspondant à Athènes,  Charlotte Stiévenard

    Les partisans du Pame, le puissant syndicat communiste grec, se sont rassemblé place Omonia à Athènes. Leur mot d’ordre : pas touche à la grève. La nouvelle loi prévoit que pour déclarer une grève, la moitié des membres d’un syndicat soient présents lors de l’assemblée générale contre un tiers jusqu’ici.

    « Ils ont décidé ça tous seuls. Ni l’Union européenne ne dit qu’il faut faire ça, ni la Constitution. Ils font ça pour porter un coup aux grèves », s’offusque Evi Mitropoulou, une retraitée.

    Dans un discours au Parlement, le Premier ministre Alexis Tsipras a dit vouloir pousser les travailleurs à s’engager plus dans la vie syndicale.

    Nikos Kioutsoukis, le secrétaire général de la GSEE, le syndicat des travailleurs du privé, dit ne pas être dupe : « Ils veulent empêcher les syndicats de réagir à tout ce qu’il se passe en Grèce depuis huit ans. C’est-à-dire les privatisations des propriétés publiques, mais aussi toutes les questions qui concernent l’ensemble des travailleurs de peuple pauvre. »

    Les fédérations syndicales sont moins touchées par cette loi car elles bénéficient d’un régime spécial. Mais selon Nikos Kioutsoukis, les syndicats d’entreprise qui ont des membres répartis dans toute la Grèce auront du mal à les rassembler lors d’assemblées qui se déroulent par exemple dans la capitale.

    (Re) lire : Grèce: fort mouvement social contre les restrictions du droit de grève

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.