GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 11 Août
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Aujourd'hui
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Brésil: dépôt de la candidature du prisonnier Lula à la présidentielle (parti)
    • La Maison Blanche juge les sanctions turques «regrettables»
    • Trump révoque l'habilitation secret défense de l'ex-chef de la CIA John Brennan (Maison Blanche)
    • Inde: 67 morts, 50000 déplacés par les inondations au Kerala (officiel)
    • Libye: 45 miliciens condamnés à mort pour avoir tué des manifestants anti-Kadhafi en 2011 (ministère)
    • Viaduc effondré à Gênes: Rome confirme qu'il va révoquer la concession de la société autoroutière Autostrade per l'Italia
    Europe

    Londres et Paris vont renforcer leur coopération de défense

    media Un hélicoptère britannique apponte sur le navire française Dixmude lors de l'exercice franco-anglais Griffin Strike. Olivier Fourt/RFI

    Emmanuel Macron et Theresa May se retrouvent ce jeudi 18 janvier à la prestigieuse Académie royale militaire britannique de Sandhurst pour un sommet franco-britannique. La défense doit figurer en bonne place au menu de cette rencontre.

    Sur l'échiquier international, Londres et Paris partagent les mêmes sujets d'inquiétudes. « Les zones ou intervient l'un constituent un sujet de préoccupations pour l'autre » fait-on remarquer à l'Elysée. Les opérations contre l'organisation Etat islamique touchant à leur fin au Moyen-Orient, la Grande-Bretagne souhaite prêter main forte aux forces françaises qui luttent contre le terrorisme au Sahel et au Sahara.

    Les Anglais avaient déjà aidé l'armée française au début de l'opération Serval, en mettant à disposition des avions de transport et des appareils d'écoute et de renseignement. On parle cette fois de drones armés et d'hélicoptères. « Un appui opérationnel très significatif sera annoncé à Sandhurst. L'an dernier, l'armée française s'était déployée à Tapa en Estonie, sous commandement britannique, dans le cadre des mesures de réassurance de l'Otan » rappelle-t-on à l'Elysée.

    Deux pays européens qui pèsent en matière de défense

    La France et la Grande-Bretagne représentent à elles deux 50 % des dépenses de défense de l'Union européenne, constituent les deux seules puissances nucléaires d'Europe occidentale et disposent toutes deux de capacités de projection (avions ravitailleurs et cargos, porte-avions, navires amphibies).

    De part et d'autre de la Manche, chacun observe ce que fait son voisin. « Si militairement, un pays décroche, tôt ou tard, l'autre à toute les chances de suivre le même chemin », fait remarquer un expert. « Nous observons notamment l'attitude britannique concernant la modernisation de leur arsenal nucléaire », concède un cadre du ministère français des Armées.

    La France doit s'engager sur sa propre modernisation de la dissuasion. La loi de programmation militaire 2019-2025 (LPM) doit être adoptée avant l'été 2018. Le traité de Lancaster House, signé en 2010, a conduit à une interdépendance sur des sujets très sensibles, comme les missiles, et précisément la simulation des armes nucléaires. Ce traité a permis aussi la mise en place d'une capacité expéditionnaire conjointe.

    Horizon économique incertain de l'autre côté de la Manche

    Avec le « Brexit », les Britanniques se retrouvent dans une « situation économique contraignante », reconnait-on au ministère des Armés à Paris. « L'inflation, la baisse de la livre sterling, les achats en dollars, tout cela ne met pas les Britanniques dans une situation facile (...) mais c'est presque une fenêtre d'opportunité pour continuer à travailler en bilatéral ».

    A Sandhurst, Paris et Londres devrait « réaffirmer leur ambition industrielle autour du projet de futurs drones de combat (FCAS) », souligne l'Elysée. A l'origine, un engin expérimental devait voir le jour en 2025. Les industriels français veulent encore y croire, mais l'examen du « projet est toujours dans sa phase initiale » précise-t-on à l’Elysée. En clair, à ce stade, il n'a débouché sur rien de concret, alors que Paris se tourne désormais vers Berlin pour développer un nouvel avion de combat plus classique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.