GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Traité de l'Elysée: journée des symboles au Parlement français et au Bundestag

    media Le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, devant le Bundestag, le 22 janvier 2018. REUTERS/Hannibal Hanschke

    C'est le cinquante-cinquième anniversaire du Traité de l’Elysée, ce traité conclu entre Paris et Berlin dix-huit ans après l’effondrement du nazisme. Un traité progressivement renforcé et qui doit encore l’être. Le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, s’est exprimé le 22 janvier au matin en allemand devant le Bundestag à Berlin et son homologue Wolfgang Schäuble était devant l’Assemblée nationale lundi après-midi.

    C’était la journée des symboles, décorum et solennité à Berlin et à Paris. Devant l’Assemblée nationale, Wolfgang Schäuble s’est exprimé en français : « Nous voyons le nouvel élan que connait la politique européenne. Nos Parlements prennent aujourd’hui cet élan. Et ils en prennent le rythme. Nous faisons en effet un grand pas en avant. »

    Applaudissements debout pour les quinze minutes d’allocution du président du Bundestag, mais aussi cependant des voix discordantes. Et notamment le député France insoumise, Eric Coquerel : « Je dis au président Schäuble que, pour ma part, je ne peux oublier le rôle particulièrement dur qu’il a tenu lors de l’odieux chantage au peuple grec, martyrisé depuis 2015 ». Sourire de l’ex-ministre allemand des Finances assis dans l’Hémicycle.

    Quelques heures auparavant au Bundestag, Wolfgang Schäuble avait déjà assisté à un éclat : le refus du leader de l’extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) de commémorer le traité. Des deux côtés du Rhin, les adversaires de l’Europe Macron-Merkel se font entendre. Ceux-là n’ont pas signé la résolution commune des deux Parlements. Une résolution pourtant votée largement au final.

    Un texte qui évoque des coopérations à renforcer, un travail commun pour un nouveau traité de l’Elysée, un geste symbolique et un message : l’Allemagne a beau être paralysée politiquement, Paris et Berlin ont toujours des projets.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.