GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: le président d’Amnesty reste en prison après un revirement du tribunal

    media Des activistes d'Amnesty International manifestaient le 15 juin 2017 à Berlin, pour la libération de Taner Kiliç, le président de la branche turque de l'ONG. John MACDOUGALL / AFP

    En Turquie, le président d'Amnesty International fait toujours face à la justice pour « soutien au terrorisme » après avoir passé huit mois en détention provisoire. Il est accusé avec dix autres militants après avoir organisé l'été dernier une réunion de travail sur les droits de la personne dans un hôtel d'Istanbul. Mercredi, la justice avait prononcé sa libération conditionnelle, sauf que ce tribunal a finalement changé d'avis. Ce qui soulève de sérieux doutes sur l'indépendance de la justice turque alors que le président Recep Tayyip Erdogan avait publiquement pointé du doigt ces militants.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Un tribunal qui conteste sa propre décision. C'est ce que la 35e cour de justice d'Istanbul a réussi à faire en moins de 24 heures. Le juge avait d'abord ordonné mercredi la libération conditionnelle de Taner Kiliç.

    Mais le procureur a fait appel de cette décision, et le même tribunal a finalement accepté jeudi de remettre le militant derrière les barreaux jusqu'à la prochaine audience de son procès, qui aura lieu en juin prochain.

    Une décision « incompréhensible », une « parodie de justice » pour les soutiens du président d'Amnesty qui a donc quitté sa cellule pour la retrouver quelques heures plus tard.

    Le revirement du tribunal est d'autant plus déconcertant qu'il n'a pas été justifié par le juge. Mais il rappelle une autre décision, en janvier, concernant deux journalistes emprisonnés dans l'attente de leur procès. La Cour constitutionnelle avait demandé leur libération conditionnelle, les tribunaux d'Istanbul n'ont jamais accepté d'appliquer la décision.

    (Re) lire : Turquie: au procès «Cumhuriyet», nouvelle audience agitée et nouveau report

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.