GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Aujourd'hui
Mardi 21 Août
Mercredi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Il y a 100 ans, les femmes obtenaient le droit de vote au Royaume-Uni

    media Des suffragettes manifestent pour le suffrage féminin, en juillet 1908 à Londres. LSE Library / Wikimedia Commons

    Le 6 février 1918, le Parlement britannique accorde aux femmes de plus de 30 ans le droit de vote. Après plus de 50 ans de combats, suffragistes et suffragettes remportent là leur première victoire.

    Lorsqu'ils valident la loi sur la Représentation populaire le 6 février 1918, les députés britanniques achèvent un long bras de fer avec la Chambre des lords. Pendant des mois, les deux chambres du Parlement se sont écharpées sur ce texte donnant l’accès au vote à tous les hommes majeurs et aux femmes de plus de 30 ans. Car jusque-là, le suffrage est censitaire, exclusivement masculin et réservé à ceux pouvant justifier de l’occupation d’un logement de manière ininterrompue pendant les douze mois précédant le 15 juillet écoulé, comme le rappelle dans un article Véronique Molinari, professeure de civilisation britannique à l'université de Grenoble-Alpes.

    C'est également la fin d'un combat engagé 50 ans plus tôt. En 1866, une pétition réclamant le droit de vote pour les femmes est présentée au Parlement qui s’apprête à voter un amendement pour étendre le suffrage à la classe ouvrière. Les féministes s’engouffrent dans la brèche, aidées par le philosophe et député John Stuart Mill. Plus riches et plus instruites, pourquoi ne pourraient-elles pas y prétendre, elles aussi ? Leur demande est retoquée.

    « Une première pétition avait été déposée dès 1832 lorsque le Parlement avait voulu étendre l'accès au vote aux hommes de la classe moyenne, précise Véronique Molinari. Les féministes avaient fait valoir que le mot 'homme' était un terme générique pour que la réforme soit également appliquée aux femmes. »

    « Des citoyens de seconde classe »

    Dans cette Angleterre victorienne du XIXe siècle, les femmes n'ont pas plus de droits qu’un enfant ou un criminel. L’accès à la propriété, à l’enseignement supérieur, et donc aux professions les plus rémunératrices, leur est refusé. Leur rôle se résume à procréer et s'occuper du foyer. Et lorsqu'elles travaillent, à métier équivalent, leur salaire est trois fois inférieur à celui d'un homme. « Les femmes étaient des citoyens de seconde classe », observe June Purvis, professeure à l'université de Portsmouth, dans le documentaire Les suffragettes, ni paillassons ni prostituées, de Michèle Dominici.

    Les femmes mariées n'ont quant à elles aucun statut légal en tant qu'individu. Il faut attendre 1884 pour qu'une nouvelle loi accorde aux épouses le droit de posséder leur propre corps. Désormais considérées comme des individus à part entière, plus rien ne les empêche à prétendre à tous les autres droits.

    Les suffragistes accentuent leur pression sur les députés pour les convaincre que les femmes peuvent également être des citoyennes. « Au début, ces idées circulent seulement dans les milieux instruits par le biais des journaux suffragistes, des revues progressistes ou de pamphlets. La presse traditionnelle s’engage très peu. Le Times, par exemple, se contente de publier des comptes rendus de réunions », note Véronique Molinari.

    Suffragettes et suffragistes, deux méthodes pour un même combat

    Emmeline Pankhurst (1858-1928), leader des suffragettes, lors d'un meeting à Londres, le 11 octobre 1908. AFP

    Le mouvement prend de l'ampleur, les pétitions se multiplient. En 1897, Millicent Fawcett rassemble toutes les sociétés suffragistes du pays sous la bannière de la National Union of Women's Suffrage Society (NUWSS). Mais la mobilisation ne se concrétise pas au Parlement, faisant naître une profonde frustration chez certaines militantes. En 1903, Emmeline Pankhurst et ses filles fondent avec quelques autres femmes la Women's Social and Political Union (WSPU). Leur slogan : « Des actions, pas des mots ». Leur objectif : attirer l'attention du grand public sur leur cause. Quitte à le heurter.

    Tandis que les suffragistes poursuivent leur inlassable entreprise de lobbying auprès des députés, les activistes du WSPU misent sur la confrontation et multiplient les coups d'éclats. Elles perturbent les réunions publiques, organisent des rassemblements et vont jusqu'à s'enchaîner aux lampadaires ou aux grilles du Parlement. Les classes ouvrières rejoignent le mouvement. La lutte pour le droit des femmes s’échappe définitivement de la seule sphère politique pour gagner l’opinion publique.

    Un suffixe peu flatteur

    La presse trouve un nom à ces militantes jugées trop bruyantes : les suffragettes. Le terme, qui apparaît pour la première fois en 1906 dans les colonnes du Daily Mail, n’a rien de flatteur. C’est même tout le contraire. « Le suffixe –ette à valeur de diminutif visait à minorer tant les femmes que leur engagement », lit-on en préambule de l’ouvrage Suffragistes et suffragettes : la conquête du droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Qu’à cela ne tienne, le WSPU s’en empare et le revendique.

    Le 21 juin 1908, les suffragettes organisent un gigantesque rassemblement à Hyde Park. Près de 50 000 femmes répondent présent. Au plus fort de la manifestation, on dénombre même jusqu’à 200 000 personnes, raconte le documentaire de Michèle Dominici. Malgré cette immense mobilisation, le parti libéral, au pouvoir depuis deux ans, reste sourd aux appels.

    Le rythme des actions s'accélère, et avec lui, celui des arrestations et des procès. La barre des tribunaux offre aux militantes la plus belle des tribunes. Les journaux qui couvrent leurs procès permettent aux suffragettes de répandre leurs idées auprès du public qui y reste cependant largement hermétique. « La grande majorité de la population les juge hystériques et estime qu’elles feraient mieux de s’occuper de leur foyer », indique Véronique Molinari.

    Grève de la faim et gavage forcé

    Le mouvement des suffragettes se radicalise encore un peu plus. En 1909, les militantes emprisonnées entament une grève de la faim. En réaction, le gouvernement ordonne que les grévistes soient nourries de force. A l'aide d'un tube enfoncé dans leur gorge, les médecins leur font avaler un mélange de farine de blé et de lait. Et quand la bouche est trop tuméfiée pour y faire entrer le tube, ils procèdent de la même façon par le nez. Certaines finissent par en mourir. La méthode horrifie l'opinion publique. Un collectif de médecins proteste auprès du Premier ministre.

    Au printemps 1910, suffragettes et suffragistes s’entendent avec les députés sur un projet de loi qui pourrait octroyer le droit de vote à 1 million de femmes. Le texte est abandonné en novembre. Dès lors, les suffragettes basculent dans une fuite en avant. Il ne s’agit plus pour elles de résister mais d’intimider. Des ministres sont agressés, leurs voitures caillassées. Le 1er mars 1912, elles organisent une opération massive de bris de vitres dans la capitale britannique. Puis viennent les incendies et les attentats à la bombe.

    Le 4 juin 1913, au derby royal d'Epsom, Emily Wilding Davison, une jeune militante de la WSPU, est renversée par le cheval qui court pour le roi George V alors qu’elle tente d’en saisir les rênes. Plongée dans le coma, elle meurt à l'hôpital quatre jours plus tard. Le mouvement tient là sa première martyre. Les suffragettes font de ses funérailles un événement spectaculaire. Entre 250 000 à 300 000 personnes bordent le cortège funèbre.

    Effort de guerre

    Puis vient la guerre. Les femmes remplacent dans les usines les hommes partis au front. Lorsqu’en 1916, ils commencent à en revenir, beaucoup d’entre eux réclament le droit de vote qu’ils avaient perdu en quittant leur résidence pour aller combattre. « La question devint particulièrement litigieuse avec l’adoption de la conscription en mai 1916 : si un homme pouvait être obligé d’offrir sa vie pour son pays, il devait pouvoir également exercer une certaine influence, en tant qu’électeur, sur la politique qui appelait à ce sacrifice », écrit Véronique Molinari.

    Les suffragistes saisissent l’occasion en faisant valoir que les femmes aussi ont participé à l’effort de guerre. Et menacent : si le droit de voter ne leur est pas accordé, elles reprendront leur agitation.

    Le 6 février 1918, après des mois de débats tendus, le Parlement valide la clause relative au vote des femmes et signe le Representation of the People Act qui donne le droit de vote à tous les hommes de plus de 21 ans et aux femmes de plus de 30 ans détentrices d'une qualification ou mariées à un homme inscrit sur les listes électorales locales. La loi augmente le nombre de votants de 2 millions pour les hommes et de 6 millions pour les femmes.

    « Il ne faut pas y voir un geste de remerciement pour service rendu, prévient toutefois Véronique Molinari. La loi de 1918 n’était pas destinée aux femmes. Si les organisations féministes n’étaient pas intervenues, elles n’auraient rien obtenu. Et le seuil de 30 ans, fixé arbitrairement pour que les femmes ne soient pas majoritaires au sein de l’électorat, exclut toutes celles qui avaient réellement participé à l’effort de guerre. »

    Dix ans plus tard, en juillet 1928, une seconde loi est votée au Parlement à une très large majorité. Elle déclare la parfaite égalité du droit de vote entre les hommes et les femmes qui peuvent désormais voter dès l’âge de 21 ans.

    → (RE)DECOUVRIR sur RFI Savoirs : Femmes: des siècles et des combats

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.