GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Aujourd'hui
Samedi 26 Mai
Dimanche 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Pédophilie: une lettre bien encombrante pour François dans l'affaire Barros

    media Le pape François, ici dans la cathédrale de Santiago le 16 janvier, a rencontré en secret les victimes de prêtres pédophiles. REUTERS/Luca Zennaro

    L'agence Associated Press a révélé le 5 février que le pape François avait bien reçu une lettre des victimes d'un prêtre pédophile au Chili. Lors de son récent voyage au Chili, le souverain pontife avait pourtant demandé que les victimes, qui accusent l'évêque d'Osorno, Mgr Barros, d'avoir couvert le prédateur apportent des « preuves ».

    Avec notre correspondant au Vatican,  Olivier Bonnel

    C'est une lettre de huit pages, écrite par Juan Carlos Cruz, victime présumée de Fernando Karadima, prêtre pédophile d'une banlieue huppée de Santiago. Il y décrit les agressions qu'il a subies et supplie le pape d'écouter ses souffrances.

    Ce courrier n'est pas nouveau, révèle AP : il a été remis en avril 2015 à François en personne, apporté à Rome par des membres de la commission pontificale pour la protection des mineurs. Dans la lettre est aussi accusé Mgr Barros, l'évêque d'Osorno, qui fut un proche de Karadima et que le pape a toujours soutenu.

    Il y a quelques jours le Vatican a annoncé l'envoi d'un enquêteur au Chili pour écouter les victimes. Mais le pape cherche toujours des faits accusant Barros. Des faits qu'il aurait pu lire dans le courrier de Juan Carlos Cruz. Sur cette affaire il n'est pas impossible que François se soit fait influencer par l'un de ses conseillers, le cardinal chilien Francisco Errazuriz. Cet ancien archevêque de Santiago avait dit ne pas croire les victimes du père Karadima, avant d'être contraint de faire marche arrière.

    Cette lettre est néanmoins très embarrassante pour le pape François. Elle jette le trouble sur sa volonté réelle de « tolérance zéro » sur les questions pédophiles, tout comme son empathie envers les victimes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.