GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Lundi 19 Février
Aujourd'hui
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: l'accord de gouvernement très critiqué au sein de la CDU

    media Angela Merkel, à la tête des chrétiens-démocrates (CDU), a concédé l'important portefeuille des Finances au SPD. Les critiques n'ont pas tardé. REUTERS/Axel Schmidt

    Le « landerneau » politique allemand tremble avant le vote des militants sociaux-démocrates sur le contrat de grande coalition, leur enthousiasme pour une nouvelle « GroKo », ou « grande coalition », étant mitigé. Mais à la CDU, le parti d'Angela Merkel plus discipliné d’ordinaire, l’euphorie n’est pas de mise non plus et la grogne de certains responsables se fait entendre après la conclusion de l'accord il y a deux jours.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    L’aile libérale des chrétiens-démocrates mais aussi les plus jeunes expriment ouvertement leurs critiques. Plus que le contenu de l’accord, c’est surtout la répartition des portefeuilles qui provoque des états d’âme, à commencer par la perte du puissant ministère des Finances qui doit revenir à la gauche.

    « La composition du gouvernement est une erreur politique », a estimé un député CDU défenseur des PME. Le patron du conseil économique du parti estime que la perte du ministère des Finances risque de déboucher sur une remise en cause de la stabilité budgétaire.

    Carsten Linnemann, un jeune loup de la CDU proche des milieux économiques craint que la CDU ne dispose plus des moyens de façonner la politique du nouveau gouvernement alors que des ministères clés comme les Affaires étrangères, les Finances et les Affaires sociales seront gérés par le SPD.

    Ces déclarations soulignent aussi la perte d’autorité d’Angela Merkel. Mais la CDU n’a jamais connu de révolte de sa base. Si des voix critiques s’exprimeront au congrès des chrétiens-démocrates fin janvier, qui doit approuver le contrat de coalition, Angela Merkel a moins de souci à se faire sur le résultat que la direction du SPD qui consulte l’ensemble de ses membres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.