GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Mai
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Aujourd'hui
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Catalogne: le groupe de Puigdemont veut le faire investir à distance

    media Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont en réunion avec des membres du Parlement catalan, le 5 février 2018, à Bruxelles, où il vit en exil. REUTERS/Yves Herman

    En Catalogne, la situation politique se complique. Vendredi, le groupe parlementaire de l’ancien président de la région Carles Puigdemont a déposé une proposition de réforme de loi pour que son chef de file soit investi à la tête de la Catalogne à distance depuis Bruxelles où il est en exil. En effet, Carles Puigdemont est recherché par la justice espagnole pour « sédition » et « rébellion » après la déclaration d’indépendance du 27 octobre dernier. Et s’il se rendait en Espagne, il serait automatiquement mis en prison.

    Avec notre correspondante à Barcelone,  Leticia Farine

    Le Parlement catalan peut « autoriser, à la majorité absolue, la tenue d'un débat d'investiture sans la présence et sans l'intervention du candidat » si ce dernier ne peut être présent lors de la séance parlementaire.

    Voilà, la proposition clef qu’il faut retenir de la réforme de loi régionale présentée ce vendredi par Ensemble pour la Catalogne, le groupe parlementaire indépendantiste de droite auquel appartient Carles Puigdemont.

    Le but de la manœuvre est de permettre linvestiture à distance du leader indépendantiste en exil depuis trois mois à Bruxelles. Le problème, c’est qu’en proposant cette réforme législative, Seul Ensemble pour la Catalogne fait un pas de côté et se distance de la Gauche républicaine, l’autre grand groupe parlementaire indépendantiste.

    Craignant que la proposition ne soit empêchée par le tribunal suprême et que les institutions catalanes restent sous la tutelle de Madrid, la Gauche républicaine se dit, elle, en faveur d’un «  accord global ». Un accord qui permettrait « la reconnaissance du gouvernement en exil à Bruxelles » et « l’investiture opérationnelle et effective d’un autre candidat que Carles Puigdemont en Catalogne ».

    Les négociations devraient se poursuivre dans les prochains jours, mais si la situation restait bloquée trop longtemps, d’autres élections régionales pourraient être convoquées.

    à (re) lire : Espagne: un message privé de Puigdemont fait le buzz dans les médias

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.