GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Jamal Khashoggi: la Turquie dément avoir fourni «un quelconque enregistrement» à Washington (ministre)
    • Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel sur la Syrie organisé à Istanbul le 27 octobre (porte-parole)
    • Environnement: «Aux scientifiques de faire la preuve ou non qu'il y a des conséquences à l'usage des pesticides» (Didier Guillaume sur RTL)
    • Budget des sports en France: «On a assez d'argent pour travailler», dit Roxana Maracineanu (France Info)
    • Brexit: la question irlandaise peut faire échouer l'accord (Barnier)
    • Elections municipales et régionales en Pologne: premier test pour les conservateurs depuis 2015
    • Justice: le tueur en série Michel Fourniret confronté ce vendredi chez le juge à son ex-épouse (avocat)
    • Afghanistan: l'attaque des talibans n'aura pas d'effet sur la situation dans la province de Kandahar (Jim Mattis)
    Europe

    Turquie: un Congrès de l’opposition kurde sous haute tension

    media La police bloque l'entrée du siège du parti prokurde HDP pour empêcher ses membres de manifester, le 21 janvier 2018, à Diyarbakir. REUTERS/Sertac Kayar

    En Turquie, la gauche prokurde du parti HDP a tenu son congrès dimanche 11 février à Ankara. Un congrès rendu nécessaire pour remplacer les centaines de cadres emprisonnés, dont les deux dirigeants du parti en vue d'élections nationales cruciales en 2019. Alors, comment militer aujourd'hui pour ce parti stigmatisé par les autorités turques et alors que les conditions sécuritaires sont plus difficiles que jamais ?

    Avec notre correspondant à Ankara,  Alexandre Billette

    Plus de 10 000 personnes réunies en congrès, pour un parti politique c’est une réussite. Sauf que pour ces militants il est plus difficile que jamais de mener le combat électoral.

    Ali Atalan est député du HDP (Parti démocratique des peuples), il explique à quoi le parti doit faire face.

    « Nous militons dans les conditions les plus difficiles de l’histoire de la République. Le Parlement a été court-circuité, la société civile a été court-circuitée, il n’y a plus de justice. Mais le HDP continue à tenir tête à l’obscurantisme ».

    Tenir tête à l’obscurantisme, mais avec 7 000 militants et des centaines de cadres emprisonnés, le parti doit d’abord élire de nouveaux responsables. Est-il aujourd’hui toujours possible de faire campagne ?

    « Nous ne pouvons pas envisager des élections sous état d’urgence. Cet état d’urgence a été récupéré politiquement de la même manière que la tentative de coup d’Etat du 15 juillet », estime Filiz Kerestecioglu, une députée d’Istanbul.

    Aujourd’hui, dans les coulisses de l’immense gymnase d’Ankara on a bien tenté de resserrer les rangs du parti, mais à quelques mois du début d’une grande période électorale, l’avenir de la gauche prokurde en Turquie n’a jamais été aussi incertain.

    Survivre sans renier son héritage

    C’est un parti dit « prokurde », mais qui s’est aussi intéressé aux droits des minorités. Aujourd’hui stigmatisé par les autorités turques, le HDP cherche une stratégie de survie, mais sans renier ses racines.

    « Le HDP garde toute sa raison d’être. Il est composé de minorités ethniques et culturelles. Et tant que celles-ci subiront des pressions, le HDP aura un rôle à jouer politiquement », souligne Murad Mihci, un responsable du parti.

    La défense des minorités est le créneau historique du HDP, mais en période de guerre avec l’opération à Afrin, le parti doit aussi prendre en compte les préoccupations nationales du moment et parfois réarticuler son discours en évoquant les pertes militaires côté turc.

    « Nous avons perdu 11 soldats à Afrin aujourd’hui. Nous en sommes particulièrement affectés. C’est pour ça que nous sommes pacifistes. Pour ne pas que d’autres familles pauvres perdent des fils », ajoute la députée Filiz Kerestecioglu.

    Protéger les minorités, défendre les droits des Kurdes, et ne pas se couper de sa base turque. Un jeu d’équilibriste pour un parti dont la marge de manœuvre n’a jamais été aussi réduite.

    (Ré) écouter : Turquie: que reste-t-il du HDP pro-kurde? (Accents d'Europe)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.