GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Guerre en Syrie: visite sous tension de Rex Tillerson en Turquie

    media (Photo d'illustration) Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson à sa descente de l'avion à Mexico, le 1er février 2018. REUTERS/Henry Romero TPX IMAGES OF THE DAY

    Rex Tillerson entame une visite de deux jours à Ankara ce jeudi 15 février. Un déplacement qui s’annonce particulièrement tendu. Le secrétaire d’Etat américain veut « coopérer davantage avec la Turquie en Syrie », mais il a surtout critiqué l’opération turque à Afrin. Un « surinvestissement militaire » qui pourrait selon lui « nuire à la lutte contre Daech ». De son côté, Ankara ne digère toujours pas le soutien américain aux forces kurdes en Syrie considérées comme terroristes par la Turquie.

    avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

    L’ambiance ne pourrait probablement pas être plus mauvaise entre les deux pays qu’elle ne l’est aujourd’hui. Dernière colère en date des autorités turques : l’annonce lundi 12 février du budget de la défense américaine qui réserve 300 millions de dollars pour les Forces démocratiques syriennes. Un financement indirect au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) aux yeux d'Ankara.

    Avant la visite de Rex Tillerson, le Premier ministre turc Binali Yildirim l’a dit sans détour : la Turquie a « perdu confiance » en Washington. Durant la visite de deux jours du secrétaire d’Etat américain, c’est notamment la difficile question de Manbij qui va être évoquée. Une ville qu’Ankara veut « nettoyer » des forces kurdes qui la contrôlent. Des forces qui sont justement entraînées par du personnel américain sur place.

    Le pouvoir turc a déjà demandé à Washington d’évacuer ses troupes de la zone, ce qui avait provoqué une série d’échanges tendus entre les deux pays. Mardi 13 février, Recep Tayyip Erdogan a insisté à sa façon. « Ceux qui nous menacent n’ont jamais reçu une claque ottomane », a déclaré le président turc.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.