GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Législatives en Italie: à 15 jours du vote, l'incertitude plane

    media Silvio Berlusconi, ici le 14 février lors d'une émission télévisée, compte sur les législatives pour revenir sur le devant de la scène politique italienne. REUTERS/Alessandro Bianchi

    En Italie, à deux semaines des élections législatives, les derniers sondages donnent la coalition de droite en tête, le Mouvement 5 étoiles premier parti du pays, mais aucune majorité claire ne se dégage. L'institut YouTrend a publié vendredi 16 février une moyenne des sondages réalisés par sept instituts au cours de la dernière semaine. Toute publication de chiffres est désormais interdite jusqu'au scrutin du 4 mars et l'incertitude demeure.

    Avec entre 35 et 37% des intentions de vote la coalition droite/extrême-droite fait largement la course en tête. Au sein du rassemblement c'est Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, qui domine avec trois points d'avance sur la Ligue du Nord de Matteo Salvini, extrême droite et loin devant Fratelli d'Italia, son autre partenaire d'extrême-droite.

    La coalition de gauche, elle, n'obtiendrait que 27 % des suffrages, 25% même selon les sondages les plus récents. Le rejet du Parti démocrate et de ses partenaires semble se confirmer.

    C’est donc le mouvement protestataire et populiste 5 étoiles, emmené par Luigi di Maio, qui apparaît désormais comme le premier parti du pays avec à lui seul autour de 28% des voix.

    Silvio Berlusconi estime que la victoire est acquise, « rien ne peut plus changer » a-t-il déclaré vendredi 16 février. Pas sûr, si l'on en croit le nombre d'indécis, entre 18 et 33% selon les derniers sondages. Le flou reste d'autant plus grand quant au résultat du scrutin que ni la coalition de droite, ni la coalition de gauche, ni le Mouvement 5 étoiles ne sont aujourd'hui en mesure d'avoir la majorité nécessaire pour former un gouvernement.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.