GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Mondial 2018: l’Espagne bat difficilement l’Iran 1-0
    Dernières infos
    Europe

    Jeremy Corbyn veut maintenir une union douanière avec l'UE après le Brexit

    media Le leader travailliste Jeremy Corbyn lors de son discours sur le Brexit à l'université de Coventry le 26 février 2018. REUTERS/Darren Staples

    Jeremy Corbyn, le dirigeant du Parti travailliste britannique, a estimé lundi 26 février que le Royaume-Uni devait négocier un nouvel accord d'union douanière avec l'Union européenne afin de préserver un commerce sans entrave après le Brexit. Cette déclaration risque de fragiliser la Première ministre Theresa May qui dispose d'une majorité très fragile au Parlement.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Après des mois de flou concernant le Brexit, la position de Jeremy Corbyn s’est faite un peu plus précise et le dirigeant labour se dit désormais partisan d’une sortie en douceur, le fameux « soft brexit ».

    « Le labour chercherait à négocier une nouvelle union globale entre le Royaume-Uni et l’Union européenne pour qu’il n’y ait pas de droit de douane avec l’Europe et pour contribuer à éviter le retour d’une frontière dure en Irlande du Nord », a affirmé le leader travailliste.

    Alors que Theresa May veut voir le Royaume-Uni quitter à la fois l’union douanière et le marché unique après le Brexit pour pouvoir négocier ses propres accords commerciaux, Jeremy Corbyn parle quant à lui de rester dans une union douanière et de maintenir une forte relation avec le marché unique, grâce à un accord sur mesure pour son pays.

    Le dirigeant travailliste n’offre pourtant aucun détail, notamment sur le devenir de la liberté de circulation ou le rôle de la Cour européenne de justice, et donne l’impression, tout comme les conservateurs, de vouloir finalement le beurre et l’argent du beurre.

    Néanmoins, il vient de fragiliser davantage la Première Ministre, qui est sous la menace d’une rébellion au sein du parti conservateur et pourrait subir une défaite au Parlement sur cette question de l’union douanière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.