GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Législatives en Italie: Silvio Berlusconi lance un dernier appel aux électeurs

    media Silvio Berlusconi flanqué de Matteo Salvini (d) le patron de la Ligue (extrême droite), et Giorgia Meloni, le leader de Fratelli d'Italia (FdI, extrême droite), ce jeudi 1er mars, à Rome. REUTERS/Alessandro Bianchi

    A trois jours des élections, et alors que de nombreux Italiens sont encore indécis, la coalition du centre droit lançait jeudi 1er mars à Rome un ultime appel aux électeurs. Les partis unis sous la houlette de Silvio Berlusconi promettent aux Italiens plus de sécurité, une immigration contrôlée et une fiscalité plus légère. Un thème cher à l’ancien président du Conseil, qui a 81 ans espère prendre sa revanche.

    Avec notre correspondante à Rome,  Anne Tréca

    Chassé du pouvoir par ce qu’il estime un coup d’Etat, humilié par une peine d’inéligibilité pour fraude fiscale, Silvio Berlusconi ne se présente pas, mais il est revenu et c’est bien lui le leader de l’opposition de droite.

    Assis au milieu de ses alliés, il trône, visage impassible, quelques petites blagues de fin de banquet - les seuls moments qui le font sourire  et des papiers. Il lit son texte, décline des chiffres, promet moins d’impôts, moins de bureaucratie, moins d’oppression judiciaire. Il a lui-même encore plusieurs rendez-vous avec la justice.

    Irène, grand-mère, fait partie des rares invités présents. Elle votera pour lui, c'est sûr. « Il n’y a rien chez Berlusconi qui ne soit pas super à tous égards. C’est quelqu’un qui s’est fait tout seul, une personne honnête, qui ne s’est pas enrichie avec la politique, mais qui a même donné son patrimoine à la politique, et volontiers. Parce que Berlusconi est, je crois, la meilleure personne et la plus honnête qu’il y ait en Italie », dit-elle.

    Le parti de Berlusconi au Parlement européen avec les démocrates-chrétiens se présente pourtant ici flanqué de Matteo Salvini, proche du Front national de Marine Le Pen. Comment pourraient-ils gouverner ensemble ? Aucun problème, assurent en cœur les compères. Et qui serait leur Premier ministre ? Là aussi, pas un mot. L’important pour eux maintenant, c’est d’aller bras dessus bras dessous aux urnes pour gagner.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.