GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Royaume-Uni: la probabilité d'un Brexit sans accord s'est accrue (Banque d'Angleterre)
    • Londres va suspendre l'attribution à Ryad de nouveaux contrats de ventes d'armes pouvant être utilisées au Yémen (ministre)
    • Foot: la Secrétaire générale de la FIFA va jouer le rôle de "déléguée générale pour l'Afrique" durant 6 mois à la demande de la CAF
    • Syrie: quatorze civils ont été tués, dont deux secouristes, dans des frappes du régime (ONG)
    • Nucléaire-EPR de Flamanville: les réparations ne pourront pas être faites avant fin 2022 (ASN)
    • Turquie-procès du putsch manqué en 2016: vingt-quatre condamnations à la prison à vie (agence)
    • Arabie: une usine de dessalement a été visée par une attaque des rebelles yéménites (coalition)
    • Intempéries: à Toulouse, le métro et le train sont perturbés après de violents orages nocturnes
    • Syrie: d'après l'OSDH, plus de 100 combattants (soldats syriens et jihadistes) ont été tués en deux jours dans la région d'Idleb
    • Drone américain abattu: les frontières sont «notre ligne rouge», dit un général iranien
    • Décès de Morsi: l'Egypte dénonce les accusations «irresponsables» de la Turquie
    Europe

    Arménie: les députés élisent un président aux pouvoirs diminués

    media Armen Sarkissian, élu nouveau président par le Parlement arménien, assiste à une session parlementaire à Erevan le 2 mars 2018. Vahram Baghdasaryan / Photolure via REUTERS

    Les députés arméniens ont élu ce vendredi 2 mars leur nouveau président, issu du parti majoritaire. Armen Sarkissian devient le nouveau chef de l’Etat du pays du Caucase, une fonction rendue largement protocolaire par une réforme constitutionnelle dénoncée par l’opposition. Celle-ci considère qu’elle vise à maintenir au pouvoir l’actuel président. Il s’agit du premier vote depuis l’abolition du suffrage direct à la présidentielle et la transformation de ce petit pays du Caucase en république parlementaire.

    Armen Sarkissian, âgé de 64 ans, était le seul candidat au poste, sa candidature avait été proposée par le parti au pouvoir, le Parti républicain. Jusque-là ambassadeur arménien en Grande-Bretagne, il prend la succession du président actuel Serge Sarkissian, dont il partage le même nom sans lui être lié.

    Les opposants au président actuel, Serge Sarkissian, affirment que la réforme constitutionnelle de 2015 n'a été conçue que pour maintenir son influence dans la vie politique du pays. Selon le politologue Stefan Safarian, « Serge Sarkissian veut rester aux commandes » et occuper le poste de Premier ministre, aux pouvoirs renforcés, une fois qu'il aura quitté celui de président le 9 avril.

    Réforme adoptée lors d’un référendum entaché de soupçons d’irrégularités

    Cette réforme a fait passer l’Arménie d'une gouvernance présidentielle forte à un régime parlementaire, lors d’un référendum. L'opposition avait dénoncé de nombreuses irrégularités lors de ce vote et appelé les Arméniens à descendre dans la rue, tandis que les observateurs du Conseil de l'Europe ont fait part d'allégations d'achat de vote et de bourrage d'urnes.

    Le Parti républicain, pour sa part, présente la réforme comme une mesure destinée à consolider la démocratie en Arménie. Le système parlementaire renforcera, selon lui, le rôle de l'opposition et améliorera l'équilibre entre les pouvoirs législatif et exécutif. « La démocratie signifie la distribution du pouvoir, le renforcement des différentes forces politiques et le contrôle parlementaire sur le gouvernement. C'est le but de la réforme », a affirmé le porte-parole du parti et vice-président du Parlement Edouard Charmazanov.

    Le nouveau président ne sera pas membre du Conseil de sécurité

    Si le nouveau président arménien n'a quasiment aucun pouvoir réel - il ne sera même pas membre du Conseil de sécurité du pays -, c'est lui qui choisira le prochain chef du gouvernement, dont la candidature sera avancée par le parti au pouvoir

    Ces amendements constitutionnels doivent entrer en vigueur après la fin du second mandat de Serge Sarkissian, en avril.

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.