GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Theresa May face à la «dure réalité» du Brexit

    media Theresa May à Londres le 2 mars 2018. REUTERS/Leon Neal/Pool TPX IMAGES OF THE DAY

    Lors d'un discours décisif à Londres ce 2 mars, Theresa May a reconnu la « dure réalité » qu’implique la sortie du Royaume-Uni de l’UE. La Première ministre a évoqué la nécessité d’accepter des compromis de chaque côté de la Manche tout en plaidant pour un accord commercial sans précédent avec l'UE.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Se sachant attendue au tournant par ceux qui réclament une vision réaliste de l’après-Brexit, Theresa May s’est voulue pragmatique : « Nous quittons le marché unique, la vie va être différente », a reconnu la Première ministre avant d’ajouter que lors de ces négociations aucune des deux parties n’obtiendrait tout ce qu’elle voulait : l’accès au marché unique notamment sera moindre qu’il ne l’est aujourd’hui, le Royaume-Uni continuera à être affecté par les décisions de la Cour européenne de justice et il devra aussi continuer à contribuer financièrement pour rester au sein de certaines agences européennes.

    Alors en retour, Theresa May appelle Bruxelles à faire également des compromis et défend l’idée d'un « accord commercial le plus large possible », « couvrant plus de secteurs et avec davantage de coopération que n'importe quel autre accord de libre-échange ».

    En clair, Theresa May a à nouveau évoqué un accord « sur mesure » qui irait plus loin que celui signé avec le Canada mais serait moins contraignant que celui signé avec la Norvège.

    Une demande qui pourrait cependant être encore une fois perçue par les 27 comme une tentative de Londres de conserver les mêmes avantages à l’extérieur de l’Union. Enfin autre bémol : sur la façon d’éviter une frontière visible entre les deux Irlande, la Première ministre n’a fait aucune nouvelle proposition, au risque de décevoir les attentes des Européens.

    Ce discours de Theresa May n’a pas, finalement, levé l’ambiguïté sur la question de la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.
    Sophie Loussouarn, spécialiste de la Constitution britannique et maître de conférence à l’université de Picardie 03/03/2018 - par Béatrice Leveillé Écouter

    Accord chez les conservateurs

    En se voulant réaliste, Theresa May semble avoir réussi pour l'heure à mettre tout le monde d'accord au sein de son propre camp conservateur qui se déchire depuis des mois. Les partisans du maintien dans l'union douanière comme ceux favorables à une rupture brutale avec l'Union européenne applaudissent la direction donnée par la première ministre.

    C'est notamment le cas du député Jacob Rees-Mogg, chef de file des « ultra-brexiters » : « Je crois que c'est un discours dont peuvent s'accommoder les eurosceptiques. C'est un discours unificateur car Theresa May a aussi clairement dit qu'il faudrait faire des compromis. Personne n'aura exactement ce qu'il veut et c'est une position réaliste pour tout le monde ».

    De son côté, la Confederation of British Industry (CBI), la principale organisation représentant le patronat, se félicite d'un assouplissement des lignes rouges précédemment défendues par la Première ministre qui rend davantage possible un bon accord avec Bruxelles.

    En revanche, le dirigeant de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, n'est lui absolument pas convaincu : « Vingt mois après le référendum Theresa May dresse une immense liste sans aucune clarté et sans réelles priorités. Ce dont nous avons besoin, ce sont des objectifs précis qui nous permettront de protéger l'emploi dans notre pays »

    Malgré cette trêve, de nombreuses voix pro-européennes préviennent que le Brexit vers lequel se dirige le pays est très différent de ce qui avait été promis en 2016 et risque de continuer à diviser profondément les Britanniques.

    Son discours est très optimiste. [Theresa May] est convaincue que l’avenir du Royaume-Uni sera prometteur.
    Sophie Loussouarn, spécialiste de la Constitution britannique et maître de conférence à l’université de Picardie 03/03/2018 Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.