GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: un gouvernement va être formé, après l'accord des militants du SPD

    media Des Allemands applaudissent à l'annonce des résultats du vote interne du SPD sur l'accord du parti social-démocrate avec la CDU/CSU d'Angela Merkel. REUTERS/Hannibal Hanschke

    L’Allemagne devrait enfin pouvoir se doter d’un gouvernement, plus de cinq mois après les législatives. Deux tiers des adhérents du Parti social-démocrate (SPD) ont approuvé une alliance avec la chancelière d’Angela Merkel (66%).

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibault

    Les deux tiers des membres du SPD qui ont participé à la consultation interne du parti ont approuvé le contrat de coalition négocié ces dernières semaines entre les conservateurs d’Angela Merkel et les sociaux-démocrates. Et ce avec un taux de participation de plus de 78 %, légèrement supérieur même à celui de 2013.

    C'est un résultat qui était attendu avec suspens puisqu’il y avait de fortes résistances au sein du Parti social-démocrate. Beaucoup de membres et – dans un premier temps – même la direction, pensaient après les élections qu’il valait mieux se ressourcer dans l’opposition, après un résultat historiquement faible, plutôt que de poursuivre une nouvelle grande coalition avec la chancelière Angela Merkel.

    La direction du SPD s'est félicitée de ce résultat, tout en soulignant que le parti devait oeuvrer à sa cohésion et à son renouvellement. Le chef du mouvement de jeunesse social-démocrate, opposé à l'accord, s'est déclaré déçu et veut accompagner, critique, le travail du nouveau gouvernement de grande coalition. Angela Merkel, elle, s'est réjouie de la collaboration avec le SPD, « pour le bien » du pays.

    Le SPD va gouverner avec une forte opposition interne

    C’est le dernier obstacle qui tombe avec ce vote. On attend encore dans les prochains jours les noms des ministres de la CSU bavaroise et ceux du SPD. L’élection de la chancelière Merkel et de son quatrième gouvernement, le troisième de grande coalition, devrait avoir lieu le 13 ou le 14 mars.

    La situation est désormais claire. Le SPD fera partie du prochain gouvernement. Cette décision n'a pas été simple pour nous. Les résultats de l'accord de coalition conclu avec les conservateurs ont été discutés de façon ouverte et transparente durant les dernières semaines
    Olaf Scholz, président fédéral du Parti social-démocrate d'Allemagne 04/03/2018 - par RFI Écouter

    « Le SPD va gouverner avec une opposition interne forte et donc une surveillance forte à l’intérieur des instances du parti, analyse Johann Chapoutot, professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne. C’est un gouvernement qui prend les affaires avec six mois de retard par rapport à ce qu’Angela Merkel souhaitait et le Parti social-démocrate en ressort très affaibli. On a un Martin Schulz qui avait dit un "non" catégorique et presque agressif le soir des élections, qui ensuite finalement va se retrouver à prôner une grande coalition. Il avait dit qu’il ne souhaitait pas participer au gouvernement, il se retrouve possible ministre des Affaires étrangères. Ça a été désastreux en terme d’image pour le parti donc effectivement, le gouvernement est en place mais c’est un gouvernement très affaibli, un gouvernement quasi canard boiteux », conlut Johann Chapoutot.

    Pour la France et ses ambitions réformatrice en Europe, une grande coalition est la solution idéale. C'est ce que souhaitait le gouvernement français et la présidence de la République, c'est ce qu'ils obtiennent.
    Johann Chapoutot, professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne 04/03/2018 - par Tudor Tepeneag Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.