GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: un cadre électoral inédit, pour des scrutins très indécis

    media Un bureau de vote à Rome samedi 3 mars 2018, à la veille des élections parlementaires. Andreas SOLARO / AFP

    Les Italiens sont appelés aux urnes ce dimanche 4 mars 2018, pour renouveler leur Chambre des députés et le Sénat. Un nouveau système électoral, mêlant la proportionnelle et le scrutin majoritaire à un tour, s'applique à cette occasion. Mais sans aucune garantie d'aboutir à une majorité stable dans les deux assemblées.

    Autrefois structurée par le bipartisme, la vie politique italienne a vu surgir lors des scrutins parlementaires de 2013 le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo et l'affaiblissement des deux blocs de gauche et de droite alors incarnés par Pier Luigi Bersani et Silvio Berlusconi, qui n'ont obtenu aucune majorité absolue.

    Enrico Letta (Parti démocrate) avait pris la tête d'un gouvernement d'union nationale, mais l'année suivante, le PD actait déjà son remplacement par Matteo Renzi.

    Ce dernier a par la suite défendu l'idée de faire voter une nouvelle loi électorale. Un projet qui s'est finalement fracassé par référendum le 4 décembre 2016 (59,11 % contre), conduisant à la chute du jeune chef de gouvernement de centre gauche et à son remplacement par l'un de ses ministres, Paolo Gentiloni.

    Le mode de scrutin mixte pour le Parlement

    Une nouvelle loi électorale a finalement été promulguée le 3 novembre 2017. Et le cadre mixte retenu, surnommé « Rosatellum bis », va s'appliquer pour la première fois ce dimanche à l'occasion des élections parlementaires.

    A la Chambre des députés (630 membres élus pour cinq ans), 232 sièges seront répartis au suffrage uninominal à un tour et 386 au scrutin proportionnel. Les 12 députés restants seront élus par les Italiens vivant à l’étranger.

    Idem au Sénat, où 315 sièges sont en jeu pour les cinq prochaines années : 116 sénateurs sont choisis au scrutin uninominal, 193 au niveau régional au scrutin proportionnel et 6 par les Italiens de l’étranger.

    Contrer la dynamique du Mouvement 5 étoiles

    Dans chaque circonscription sera ainsi élu le candidat qui aura obtenu le plus de voix au premier tour. Mais les autres sièges en jeu seront répartis à la proportionnelle, entre des listes présentées par des partis ou des coalitions.

    De l'avis des observateurs, ces nouveaux modes de scrutin, et notamment les seuils retenus pour pouvoir entrer dans les deux chambres du Parlement, visent à favoriser la formation de coalitions élargies et à contrer le M5S, qui refuse toute alliance.

    Ce système favorise les formations bien enracinées dans leurs bastions, mais il risque néanmoins de ne pas suffisamment départager les trois forces politiques en présence : la coalition droite-extrême droite, la coalition de centre gauche et la formation anti-système actuellement dirigée par Luigi di Maio.

    → À relire : Qui pour gouverner l'Italie après les élections 2018 ?

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.