GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Guerre commerciale Chine-USA: Daimler revoit à la baisse ses prévisions de résultat
    Europe

    Un Sénégalais tué à Florence, la communauté africaine dénonce un crime «raciste»

    media Un vendeur ambulant à Florence (illustration) GABRIEL BOUYS / AFP

    Un vendeur ambulant sénégalais a été tué lundi 5 mars à Florence. La communauté africaine, inquiète du climat anti-migrants et révoltée par ce meurtre, a manifesté ce mardi pour dénoncer, haut et fort, un énième crime raciste en Italie.

    Avec notre correspondante à Rome,  Anne Le Nir

    Lundi 5 mars, un homme de 65 ans, typographe à la retraite, est sorti de chez lui à Florence, muni de son revolver. Il pensait se suicider en raison de grosses difficultés financières. Il avait d’ailleurs laissé un message d’adieu à sa fille. Mais il n’a pas eu le courage de se tuer. Pour finir ses jours en prison, il a tiré à six reprises sur un vendeur ambulant croisé sur un pont.

    Il s'agissait d'un père de famille sénégalais, âgé de 55 ans, en situation légale. Il a succombé à ses blessures. Le tireur a été arrêté par la police. Les enquêteurs assurent que le tireur « n’a aucun lien avec des mouvements extrémistes », et « a tiré au hasard ».

    Cependant, la communauté sénégalaise à Florence rappelle qu’en 2011, deux autres compatriotes, également vendeurs ambulants, avaient été tués dans cette ville par un militant d’extrême droite. Elle pense que le Florentin a choisi sa cible. Soutenue par des activistes italiens de gauche, elle a donc organisé une manifestation pour dénoncer un « crime raciste » sur le pont Vespucci, le lieu du meurtre.

    Un peu plus de 500 personnes étaient présentes. Parmi elles, plusieurs dizaines ont tenté de défier les forces de l’ordre en tenue anti-émeute. Mais l’imam de Florence, Izzedin Elri, qui était sur place, a réussi à calmer les manifestants. Un nouveau rassemblement contre le racisme se tiendra, samedi 10 mars, dans le chef-lieu de la Toscane.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.