GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Danemark: l’ingénieur accusé d'avoir tué la journaliste suédoise se dit innocent

    media L'entrée du tribunal de Copenhague où est jugé Peter Madsen, le 8 mars 2018. Mads Claus Rasmussen/Ritzau Scanpix/via REUTERS

    Un procès hors norme pour une affaire macabre s’est ouvert ce jeudi 8 mars à Copenhague. L’ingénieur danois Peter Madsen est accusé d'avoir tué puis démembré le corps de Kim Wall, journaliste suédoise venue l'interviewer à bord de son sous-marin, le Nautilus. Il est jugé pour meurtre, atteinte à l'intégrité d'un cadavre et agression sexuelle. Douze jours de débat à huis clos et une première information qui a filtré des débuts de l’audience : l’accusé reconnaît avoir découpé son corps après son décès, mais nie toujours avoir tué la journaliste de 30 ans. Elle a succombé à des gaz toxiques, affirme-t-il.

    Peter Madsen, le quadragénaire, l’autodidacte surdoué et énigmatique, a changé plusieurs fois de version sur le déroulé des événements, sauf sur un point : ce n’était pas un meurtre mais un accident, selon lui. Il a raconté à la cour que la jeune femme avait succombé à des gaz toxiques libérés lors d'une soudaine dépressurisation de l'habitacle qui a fait tomber le panneau de l'écoutille, piégeant Kim Wall dans le sous-marin qui s'est alors empli d'échappements toxiques alors qu'il se trouvait sur le pont, impuissant.

    Il serait alors un inventeur excentrique, mais sûrement pas un assassin sadique. Avec son t-shirt sombre et ses lunettes de vue à monture noire sur le nez, Peter Madsen a encore réfuté devant le tribunal le portrait que l’accusation a fait de lui : celui d’un pervers morbide.

    Dans son dossier se trouvent des témoignages d’anciens proches, de son beau-frère ou encore des ex-liaisons. Tous décrivent un homme au tempérament difficile souvent en conflit, ainsi qu’un adepte du sadomasochisme. Des vidéos trouvées à l'intérieur de son disque dur l’accablent aussi. Les enquêteurs y ont trouvé des films fétichistes dans lesquels des femmes « visiblement réelles » sont torturées, décapitées et brûlées.

    L’enchaînement des faits cette nuit du 10 août 2017 dans le sous-marin reste inconnu. L’autopsie a en tout cas jeté la lumière sur un détail : la journaliste indépendante a bien été violentée et torturée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.