GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: liberté conditionnelle pour deux journalistes du quotidien «Cumhuriyet»

    media Murat Sabuncu, rédacteur en chef du quotidien «Cumhuriyet» accueilli par ses proches après sa libération conditionnelle de la prison de Silivri, près d'Istanbul, le 10 mars 2018. REUTERS/Huseyin Aldemir

    En Turquie, un tribunal a ordonné vendredi 9 mars la libération conditionnelle du rédacteur en chef et d'un journaliste du quotidien d'opposition Cumhuriyet. Les deux hommes restent poursuivis pour « aide à des groupes terroristes ». Le tribunal a par ailleurs maintenu en détention le patron du quotidien, Akin Atalay. 

    La libération conditionnelle du rédacteur en chef Murat Sabuncu et du journaliste d'investigation Ahmet Şik, a été prononcée par le tribunal de Silivri, près d'Istanbul, au terme de la sixième audience du procès de 17 collaborateurs de Cumhuriyet.

    La nouvelle de la libération des deux journalistes a été accueillie par les cris de joie des soutiens des accusés dans la salle d'audience. Ahmet Şik n'a pu retenir ses larmes en écoutant la décision. Il était incarcéré depuis 434 jours. Son confrère Murat Sabuncu 495 jours --la même durée que Akin Atalay.

    Les deux journalistes ont quitté la maison d'arrêt vendredi soir. Muratcan Sabuncu, le fils du rédacteur en chef de Cumhuriyet, était vendredi soir à la sortie de prison pour accueillir son père : « Il était bien sûr content de voir ses amis, ses collègues, sa famille, mais il pense vraiment à son collègue qui est resté seul dans la cellule et aussi aux autres collègues qui sont en prison parce qu’ils défendent les droits fondamentaux en Turquie », témoigne-t-il.

    Murat Sabuncu est retourné au journal où il a repris le travail, poursuit son fils. Il continue de défendre un journalisme indépendant. « Il se sent très bien, prêt à travailler de suite pour continuer à être solidaire avec les autres journalistes et défenseurs des droits de l’homme toujours emprisonnés. »

    Akin Atalay maintenu en détention

    « Ce n'est pas un jour pour se réjouir », a dit pour sa part Ahmet Şik, en rappelant que le patron de Cumhuriyet restait détenu. Akin Atalay est le dernier des 17 accusés à être encore en prison, tous les autres ayant été remis en liberté conditionnelle petit à petit depuis un an.

    « La prochaine audience aura lieu vendredi prochain et nous espérons que Akin Atalay qui est la dernière personne à rester en prison sera aussi libérée », ajoute Muratcan Sabuncu. Nous attendons une décision indépendante et impartiale de la part de la cour et nous espérons et croyons que les charges seront abandonnées. »

    Les deux journalistes libérés restent poursuivis pour proximité avec des groupes terroristes. Ils  sont accusés d’avoir commis des actions au profit à la fois du mouvement de Fethullah Gülen et du Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK.

    La sixième journée de ce procès, qui s'est ouvert le 24 juillet 2017, avait démarré dans la tension. La gendarmerie, positionnée devant le palais de justice, avait essayé d'empêcher les partisans des accusés de parler aux médias.

    « Une lueur d'espoir »

    Ce procès suscite l'inquiétude des partenaires occidentaux de la Turquie, où les autorités ont multiplié les arrestations de journalistes. Jeudi, 25 journalistes accusés d'être liés à la tentative de putsch ont ainsi été condamnés à des peines allant jusqu'à sept ans et demi de prison.

    La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement de la liberté de la presse établi par l'ONG Reporters sans frontières (RSF).Pour le directeur d'Amnesty International pour l'Europe, Gauri van Gulik, les libérations des deux journalistes de Cumhuriyet vendredi constituent une « lueur d'espoir » dans un pays qui est le « plus grand geôlier de journalistes au monde ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.