GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: une deuxième femme accuse le juge Kavanaugh d'inconduite sexuelle (New Yorker)
    Europe

    Affaire Skripal: pour Moscou, Londres «a fait le choix de la confrontation»

    media Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères (en photo, le ministre Sergueï Lavrov) a dénonce une «—campagne antirusse—» de la part du gouvernement britannique. Vasily MAXIMOV / AFP

    La Première ministre britannique a annoncé, ce mardi 13 mars, l'expulsion de 23 diplomates russes. Ils ont une semaine pour quitter le territoire. Elle gèle également les relations bilatérales avec Moscou. L'ambassade de Russie à Londres a immédiatement dénoncé la réaction britannique, la qualifiant d'« hostile, inacceptable et injustifiée ». A Sébastopol, en Crimée, se déroule un meeting en présence de Vladimir Poutine à quatre jours de l'élection présidentielle, ses partisans accueillent ces sanctions avec mépris.

    Alors que Moscou était « prête » à coopérer, « le gouvernement britannique a fait le choix de la confrontation avec la Russie », a dénoncé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. Cela faisait suite à l'annonce des sanctions envers la Russie dont l'expulsion de 23 diplomates du territoire britannique. « Bien évidemment, nos mesures de riposte ne se feront pas attendre », ajoute le communiqué, critiquant « une série de mesures hostiles » et une « campagne antirusse ».

    En Crimée, où le président russe était en meeting ce mercredi, les sanctions ont été accueillies par le mépris, explique notre envoyé spécial à Sébastopol,  Daniel Vallot. Toute cette affaire a été montée par les pays occidentaux pour discréditer la Russie, expliquent toutes les personnes présentes à Sébastopol.

    Tous reprennent peu ou prou les éléments du discours officiel maintenu depuis le début de l'affaire : l'implication de Moscou n'est pas prouvée et, pour l'heure, la réaction du gouvernement britannique est le fruit, l'illustration de la russophobie ambiante, au sein des pays occidentaux.

    « Un encouragement »

    « De toute façon, les sanctions ne nous font pas peur », explique un partisan de Vladimir Poutine, convaincu, au contraire, qu'elles ne font que renforcer le soutien au président russe et à sa politique extérieure. « Nous sommes un peuple uni et toute cette agitation ne fait que renforcer notre détermination », ajoute-t-il, venu en Crimée avec un drapeau russe, apporter son soutien à Vladimir Poutine.

    « Pour nous, ces sanctions, c’est comme un encouragement, confirme cet habitant de Sébastopol. Jusqu’à présent, elles ont favorisé notre propre développement. Car nous avons d’énormes ressources et, avec ces sanctions, nous les exploitons encore davantage. »

    Et concernant Vladimir Poutine, ce partisan en est convaincu : « Ce n’est pas lui qui provoque les dirigeants occidentaux. C’est l’Occident qui le provoque, alors il réagit. Mais en réalité, c’est un homme de paix. Il nous a toujours défendu, et d’une main de fer. Il est comme l’ours qui symbolise la Russie : il n’attaque jamais en premier mais si on l’agresse, il ne refuse pas le combat. »

    Cette visite à Sébastopol, en Crimée, est une manière pour le président russe de jouer à fond la carte patriotique, quatre ans après le rattachement de cette région à la Russie. Une manière également de lancer un nouveau défi aux pays occidentaux qui n'ont jamais reconnu cette annexion.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.