GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Affaire Skripal: Moscou retourne les soupçons d’empoisonnement contre Londres

    media Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à Moscou, le 2 avril 2018. REUTERS/Sergei Karpukhin

    Lors d'une conférence de presse ce lundi 2 avril, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé que l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal pouvait être « dans l'intérêt » du Royaume-Uni.

    L'affaire Skripal n'en finit plus de faire des vagues. Accusé d'être derrière l'empoisonnement de l'ancien agent double, Moscou tente de détourner les soupçons sur Londres. Selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, cela « pouvait être dans l'intérêt du gouvernement britannique, qui s'est trouvé dans une position inconfortable en étant dans l'incapacité de remplir ses promesses faites aux électeurs sur les conditions du Brexit ».

    « Cela pouvait aussi être dans l'intérêt des services spéciaux britanniques, qui sont connus pour leur capacité à agir avec permis de tuer », a poursuivi le ministre russe des Affaires étrangères. D'après lui, la Russie n'avait aucune raison de commettre un tel acte, à la veille de l'élection présidentielle et à quelques mois du Mondial de football organisé chez elle.

    Moscou a rapidement été pointé du doigt après que Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inanimés le 4 mars dernier sur un banc de Salisbury, empoisonnés par un agent innervant. Le Royaume-Uni et ses alliés ont alors décidé d'expulser plus de 150 diplomates russes de leurs territoires, ce à quoi la Russie a riposté en prenant des mesures identiques. « Lorsqu'on n'a pas de preuves, alors ont se venge sur les diplomates », a accusé Sergueï Lavrov.

    Ajoutant que la Russie avait de « nombreuses questions » concernant cette affaire, le ministre des Affaires étrangères a déclaré : « L'incapacité de la Grande-Bretagne à y répondre signifiera que tout cela n'est qu'une invention et plus concrètement une provocation flagrante. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.