GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: dix morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)
    Europe

    Affaire Skripal: Moscou dément son implication au Conseil de sécurité de l'ONU

    media (Photo d'illustration) L'ambassadeur russe au Conseil de sécurité de l'ONU Vassily Nebenzia lors d'une réunion sur la Syrie, le 22 février 2018. REUTERS/Brendan McDermid

    Devant le Conseil de sécurité de l'ONU, la Russie a une nouvelle fois vivement démenti son implication dans l'empoisonnement du double agent Skripal et de sa fille le 4 mars dernier à Salisbury. Son ambassadeur Vassily Nebenzia a assuré que Moscou avait intérêt « plus que personne » à la vérité et demandé des excuses aux Britanniques pour ce qu'il a qualifié « d'accusations hâtives ».

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    Quand la réalité dépasse la fiction, les diplomates s'en remettent parfois à la littérature. L'ambassadeur russe a ainsi cité successivement Sherlock Holmes, Alice au pays des Merveilles et Crimes et Châtiments pour condamner ce qu'il a qualifié de « théâtre de l'absurde ».

    Les Russes n'avaient aucun intérêt à éliminer l'agent Skripal ainsi que sa fille, assure Vassily Nebenzia, qui pointe – comme il l'avait déjà fait lors de la dernière réunion sur le sujet – la responsabilité des Britanniques et des Américains qui ont pu fabriquer selon lui du Novichok. « Vous jouez avec le feu, a-t-il lancé à l'ambassadrice britannique fraîchement arrivée aux Nations unies. Vous allez le payer car l'enquête est loin d'être achevée. »

    Peu impressionnée par ces rodomontades, l'ambassadrice britannique Karen Pierce a résumé d'une figure assassine l'attitude de la Russie : celle d'un « pyromane qui voudrait enquêter sur son propre incendie ».

    Moscou avait demandé cette réunion publique au lendemain de son échec à participer à l'enquête conjointe de l'organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Cette dernière devrait rendre ses conclusions prochainement. Beaucoup de diplomates estiment que les Russes sont fébriles et préparent déjà leur narratif pour contester ses conclusions.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.