GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Hongrie: un bilan économique contrasté en raison de la corruption

    media Le Premier ministre Viktor Orban, qui brigue un troisième mandat à l'occasion des législatives de ce dimanche 8 avril, en campagne à Székesfehérvár, ce vendredi 6 avril 2018. REUTERS/Bernadett Szabo

    La Hongrie avait été durement frappée par la récession de 2009 (-6,6% de croissance), aujourd’hui ce pays de 9,8 millions d’habitants se porte bien. C'est même un argument de campagne du Premier ministre, en campagne pour sa réélection. Au pouvoir depuis 2010, Viktor Orban brigue un troisième mandat à l'occasion des législatives de ce dimanche 8 avril, sauf que son bilan économique est en réalité contrasté, notamment en raison de l'envol de la corruption.

    Avec notre envoyée spéciale à BudapestAnissa el-Jabri

    C'est un vrai premier de la classe. Cela fait 8 ans que Viktor Orban a mis en place une politique économique à rebours de la rigueur en Europe. Des mesures qui ont porté leurs fruits.

    « Si on regarde les chiffres sur le papier, c’est une vraie réussite. Une croissance forte, 4% en moyenne, un déficit à 2% l’année dernière, et il devrait encore reculer cette année. Le vrai problème, c’est le manque de main-d’œuvre », souligne Gergely Tardos, chef économiste à l’OTP Bank.

    Une ombre, et de taille à ce tableau : le pays se classe désormais 2e le plus corrompu en Europe, comme l’explique Josef Peter Martin, directeur exécutif de Transparency International Hongrie. « La corruption est devenue centralisée, systémique et même parfois légale. C’est quasiment du clientélisme et du népotisme alors qu’avant 2010 c’était plutôt un dysfonctionnement du système. Aujourd’hui on dirige délibérément l’argent public vers les copains du gouvernement. Même le beau-fils du Premier ministre a été mis en cause publiquement. »

    Même les fonds européens sont concernés avec le creusement des inégalités et la fuite des cerveaux à l’Ouest, autant d’hypothèques pour l’avenir de la Hongrie.

    (Re) lire : Législatives en Hongrie: un match déséquilibré entre pouvoir et opposition

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.