GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Trente-neuf corps ont été découverts dans un camion, dans la nuit de mardi à mercredi, à Grays, dans l'Essex, à l'est de Londres. Le chauffeur, originaire d'Irlande du Nord et âgé de 25 ans, a été arrêté pour meurtre, a annoncé mercredi matin la police britannique. Selon les premiers éléments de l'enquête, le camion venait de Bulgarie et était entré au Royaume-Uni le 19 octobre à Holyhead, port situé sur la côte ouest de l'Angleterre.

    Europe

    Les Hongrois aux urnes pour les législatives, le Fidesz d’Orban en favori

    media Une électrice dans un bureau de vote de Gyoengyoes, à 75 km de Budapest, le 8 avril 2018. FERENC ISZA / AFP

    Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, part favori pour remporter ce dimanche un troisième scrutin législatif d'affilée. Admirateur revendiqué du président russe Vladimir Poutine et chantre d'une démocratie « illibérale », il a assumé depuis huit ans un style de gouvernement limitant certaines libertés au nom de l’« intérêt national ».

    Avec notre envoyée spéciale à Budapest, Anissa el Jabri

    Viktor Orban, un dirigeant parmi les plus controversés d’Europe, va-t-il l’emporter aussi aisément que le disent les sondages ? Difficile à dire dans un pays où les électeurs taisent souvent leurs préférences politiques. Il flotte d'ailleurs comme une incertitude dans cette dernière ligne droite : un tiers des électeurs déclaraient cette semaine ne pas avoir pris de décision.

    Corruption, état déplorable des hôpitaux, difficultés dans l’éducation, la moitié des Hongrois, disent les enquêtes, veut du changement. On sent aussi une forme de fébrilité du côté du pouvoir : jamais Viktor Orban n’a autant agité la menace d’un ennemi extérieur. « Moi ou le chaos migratoire », affirme-t-il.

     → A (RE)LIRE : [Reportage] Législatives en Hongrie: pourquoi ils votent pour Viktor Orban

    « L’impression qu’il donne, y compris à ses partisans, c’est d’être singulièrement irritable, voire irrité, confirme Paul Gradvohl, maître de conférences à l’Université de Lorraine et spécialiste de la Hongrie. Il a récemment menacé l’électorat et les gens qui s’opposaient à lui, de rétorsion après, si ce n’est un échec électoral, du moins une déconvenue à une municipale partielle qui se tenait dans une ville qui relève d’habitude d’un de ses plus fidèles lieutenants et qui devait retomber dans l’escarcelle de celui qui l’a remplacé automatiquement. Surprise incroyable et non prévue par les sondages : le maire d’opposition qui avait regroupé tous les opposants l’a emporté haut la main avec une participation très élevée. Ce scrutin lui a donné de nouvelles raisons d’être fébrile. »

    Il y a néanmoins cette réalité, un redécoupage électoral et un nouveau système de vote taillé sur mesure pour le parti au pouvoir. La question est donc plutôt de savoir si le Fidesz bénéficiera d'une courte ou d'une ample majorité.

    Des changements « irréversibles »

    En tout cas, s’il ressort renforcé de ce scrutin, Viktor Orban a annoncé la couleur : il veut rendre « irréversibles » les changements entrepris depuis qu’il est au pouvoir, comme le contrôle des ONG, la reprise en main des fonctionnaires ou encore le verrouillage des médias.

    Il en va de même dans l'Education. « Nous étudions et analysons tous les manuels scolaires. Et dans le nouveau livre d'histoire écrit par l'Etat pour les lycéens, on a constaté de très nombreuses fautes. Des erreurs factuelles comme sur l'emplacement d'une ville pourtant importante comme Visegrad, mais aussi des passages ambigus qui permettaient des doubles lectures, affirme Laszlo Miklosi, président de l’Association des professeurs d’histoire. Des allusions antisémites, créationnistes... Ces fautes ont finalement été corrigées sous notre pression, mais le manuel reste de mauvaise qualité. Et dans un an, il sera interdit d'en utiliser un autre. »

    Comme une guerre d’usure contre les enseignants et déjà chez certains, une autocensure qui s'installe.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.