GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Législatives en Hongrie: l’inquiétude monte à Budapest après le triomphe d’Orban

    media Dans un bureau de vote de Budapest lors du scrutin pour les législatives, le 8 avril 2018. REUTERS/Bernadett Szabo

    Si le Fidesz, le parti ultraconservateur de Viktor Orban, a de nouveau triomphé dans les campagnes, dans la capitale les habitants sont beaucoup plus favorables aux partis d'opposition. Le Fidesz est accusé d'avoir muselé depuis 2010 de nombreuses institutions et contre-pouvoirs du pays, comme les médias et la justice, mais aussi l'économie et la culture. Le tout légalement, grâce à sa super-majorité au Parlement et sans s'émouvoir des critiques de la Commission européenne et de nombreux observatoires internationaux. A Budapest, au sein de la population, l'inquiétude est palpable. Reportage.

    De notre envoyée spéciale à Budapest,

    Dès que l’on sort de la capitale, il devient difficile de poser des questions sur la politique. Les Hongrois sont nombreux à refuser une interview devant un journaliste étranger avec son micro. A Budapest, même quand on interroge un fonctionnaire ou quelqu’un qui a une position publique, les quelques réponses peuvent être allusives, évasives. En revanche, quand on éteint le micro, l’interlocuteur vérifie que les portes et les fenêtres sont fermées, baisse un peu la voix et ensuite seulement s’autorise à dire tout le mal qu’il pense du pouvoir.

    Eva Fodor est, elle, salariée du privé. Professeure à l’université d’Europe centrale de Budapest, l’université fondée et financée par Georges Soros, le milliardaire américano-hongrois catalogué ennemi public numéro 1 par Viktor Orban. Cette enseignante libre de sa parole décrit un climat pesant à l'oeuvre dans le pays.

    « Oui, il y a une forme de peur. Certaines personnes ont peur de mesures de rétorsion si elles disent ce qu’elles pensent. Enfin, c’est surtout de perdre leur travail que les gens ont peur. Rien de pire, enfin pour l’instant, car on ne sait pas ce qui peut arriver. C’est un sentiment qu’on connait bien, celui qu’on avait sous l’époque communiste. Il avait disparu, mais maintenant ça revient. Et cette peur que les gens ressentent et expriment, elle s’est intensifiée ces dernières années », dit-elle.

    L’université d’Europe centrale est justement dans la ligne de mire du gouvernement. Menacée de fermeture depuis des mois, elle retient son souffle depuis le résultat des élections. L’année dernière, les toutes premières attaques du gouvernement avaient suscité des manifestations de dizaines de milliers de personnes dans les rues de Budapest.

    «  Je crains qu'il n'y ait plus de liberté d'expression. »

    Dimanche soir à Budapest, après l’annonce des résultats des législatives, des protestations ont éclaté. Quelques centaines d'étudiants au cœur de la nuit réunis devant l'Assemblée nationale, criant des slogans anti-Orban entourés par des policiers. Les responsables d'ONG qui ont pignon sur rue – c'est le cas de Transparency International Hongrie par exemple – s'expriment parfaitement librement et à Budapest aussi, aux terrasses de café ou au téléphone dans la rue, on ne cache pas son opinion, même si dans cette ville qui a donné majoritairement ses voix à l'opposition, on ne cache plus son inquiétude.

    « Je crains qu'il n'y ait plus de liberté d'expression, confie une militante. J'ai peur qu'encore plus de gens quittent le pays et aillent faire leur vie ailleurs. Je crains que l'espoir des intellectuels et des gens qui veulent le changement soit désormais brisé. J’ai peur que les gens ne viennent plus chez nous et c'est ce qui va nous enfermer encore plus. J'ai vraiment peur de ce qui va se passer, ici, dans les prochaines années »

    Juste après les résultats des élections, le gouvernement l'annonçait : la loi dite « Stop Soros » sera une des premières votées au Parlement, une loi anti-ONG. Le ministère de l’Intérieur pourra alors recourir aux services secrets pour surveiller la société civile.

    (Re) lire : [Reportage] Législatives en Hongrie: pourquoi ils votent pour Viktor Orban

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.