GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Affaire Skripal: l'OIAC confirme l'identité du poison

    media Des inspecteurs de l'OIAC à Salisbury sur les lieux de l'attaque au poison contre l'ex-espion Sergueï Skripal et de sa fille, le 21 mars 2018. REUTERS/Peter Nicholls

    L'Organisation internationale contre les armes chimiques (OIAC) confirme que l’agent chimique toxique utilisé pour empoisonner l'ancien espion russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia est un agent innervant de la famille Novitchok. La Russie serait donc responsable de l’attaque pour le gouvernement britannique, qui demande une réunion du Conseil de sécurité.

    L'OIAC confirme les découvertes du Royaume-Uni sur l'identité du poison utilisé contre Sergueï Skripal et sa fille à Salisbury le 4 mars dernier. Dans un communiqué, l'organisation basée à La Haye, aux Pays-Bas, précise que la substance chimique employée est d'une « grande pureté », mais n'établit aucune responsabilité.

    Le gouvernement britannique avait désigné la substance comme un agent innervant de type militaire de la famille Novitchok, de conception soviétique. Londres avait rendu Moscou responsable de l'attaque contre l'ancien agent double et sa fille.

    Pour permettre à l'OIAC de procéder à ses propres analyses, la justice britannique avait autorisé des prélèvements sanguins sur les Skripal, ainsi que sur le policier intoxiqué en leur portant secours.

    S'appuyant sur ces conclusions, le Royaume-Uni a réitéré ses accusations contre la Russie et réclamé une réunion du Conseil de sécurité. La réunion devrait se tenir cette semaine, a précisé la mission britannique auprès des Nations unies.

    Comme elle le fait depuis le début de l'affaire, la Russie affirme toujours n'avoir aucun lien avec cet empoisonnement. Ce jeudi, elle a averti qu'elle « ne croira pas sur parole les conclusions (...) tant que ses experts n'obtiendront pas l'accès aux analyses mentionnées dans l'expertise de l'OIAC ».

    Ancien colonel du service de renseignement de l'armée russe, Sergueï Skripal avait été accusé d'avoir vendu des informations aux Britanniques et condamné en 2006 à une peine de treize ans de prison pour « haute trahison ». Il avait été libéré en 2010 au bénéfice d'un échange d'espions organisé entre Moscou, Londres et Washington. Il s'était alors installé au Royaume-Uni.

    L'empoisonnement a provoqué une grave crise diplomatique entre les Occidentaux et la Russie et conduit à l'expulsion d'environ 300 diplomates de chaque côté.

    La Russie a accusé ce jeudi Londres de «retenir par la force » Ioulia Skripal, qui a quitté l'hôpital où elle était soignée pour un lieu tenu secret. « Les derniers événements renforcent nos craintes selon lesquelles il est question de l'isolement d'une citoyenne russe », a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.