GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: la police française accusée de falsifier l'âge de mineurs migrants

    media Selon les ONG, la police aux frontières française aurait falsifié l'âge de jeunes migrants pour pouvoir les renvoyer en Italie. Marco BERTORELLO / AFP

    Dans une lettre adressée à la Commission européenne et aux autorités italiennes, sept ONG italiennes toutes présentes à Vintimille accusent la police aux frontières française et les autorités italiennes de bafouer les droits des migrants mineurs non accompagnés.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    La lettre est signée notamment par Intersos, Terre des hommes Italie, Oxfam Italie et la Caritas diocésaine de Vintimille. Au total, sept associations humanitaires assurent que la police aux frontières françaises aurait falsifié à plusieurs reprises les dates de naissance de jeunes migrants, afin de les faire passer pour des adultes. Et donc de pouvoir les renvoyer vers l'Italie .

    Elles indiquent en particulier deux cas récents et joignent à la lettre la photocopie d'un document de « refus d'entrée sur le territoire » remis à un jeune Erythréen. Sur ce document, un agent de police a écrit la date du 1er janvier 2000 comme date de naissance alors que ce migrant est né le 1er octobre 2001.

    L'inquiétude des ONG concerne tout autant le non-respect de la part des autorités italiennes de l'obligation de protéger les mineurs arrivés seuls dans le pays. Ce qui expliquerait le nombre important d'enfants hébergés dans des structures de premier accueil, mais qui disparaissent très vite dans la nature. Soit plus de 4 000 pour la seule période janvier-mars 2018.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.