GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Musulmans ouïghours internés en Chine: Washington dénonce des «abus horribles»
    • Gabon: la CPI n'ouvrira pas d'enquête sur la crise post-électorale
    • Tanzanie: le président ordonne l'arrestation des opérateurs du ferry naufragé et décrète 4 jours de deuil national (discours)
    Europe

    Affaire Skripal: la Russie interpelle l’OIAC

    media Sergueï Lavrov (photo d'archives) a contesté samedi le rapport de l’OIAC portant sur l’empoisonnement de l’ancien espion russe Sergueï Skripal. REUTERS/Sergei Karpukhin

    La Russie, qui a convoqué samedi 14 avril une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU, a également commenté le rapport de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques relatif à l’empoisonnement des Skripal. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a sous-entendu que les résultats de l’enquête avaient été orientés de façon à incriminer la Russie.

    Avec notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche

    Sergueï Lavrov a contesté samedi le rapport de l’OIAC portant sur l’empoisonnement de l’ancien espion russe Sergueï Skripal. A l’occasion d’une réunion annuelle consacrée à la politique extérieure, le ministre russe des Affaires étrangères a mis en doute la fiabilité des conclusions rendues publiques par l’organisation. L’analyse des échantillons prélevés à Salisbury a été effectuée par un laboratoire suisse. Sergueï Lavrov a affirmé que la Russie avait reçu ces informations de manière confidentielle.

    « La substance BZ a été découverte dans tous les échantillons. Le BZ est un agent neurotoxique. Cette substance était en service dans les armées des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d’autres pays de l’Otan. Elle n’a jamais été utilisée en Union soviétique et en Russie. Et il n’y a nulle mention du BZ dans le rapport final, c’est pourquoi nous adressons la question suivante à l’OIAC : pourquoi cette information a-t-elle été omise dans ce document ? »

    L’OIAC avait annoncé jeudi que les analyses confirmaient les découvertes du Royaume-Uni concernant l’identité de l’agent toxique utilisé à Salisbury. Londres a accusé Moscou qui nie toute responsabilité dans cette affaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.