GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
Aujourd'hui
Lundi 28 Mai
Mardi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: surprise dans la presse après l'annonce des élections anticipées

    media Tayyip Erdogan lors de la conférence de presse à Ankara, le 18 avril 2018, où il a annoncé la tenue d'élections anticipées pour le 24 juin. Murat Cetinmuhurdar/Presidential Palace/Handout via REUTERS

    En Turquie, le président Recep Tayyip Erdoğan a annoncé jeudi 18 avril sa décision d’avancer au 24 juin les scrutins présidentiel et législatifs normalement prévus en novembre 2019. Ce seront donc des élections très anticipées, qui a pris de court la presse turque, à en juger par les Unes de ce jeudi matin.

    Avec notre correspondante à IstanbulAnne Andlauer

    Si l’annonce en elle-même n’est pas une surprise - les rumeurs sur des élections anticipées couraient depuis plusieurs semaines -, la date choisie par le président turc pour organiser ces scrutins est beaucoup plus précoce qu’attendu, et les quotidiens affichent leur étonnement. « Election-éclair », titre en Une le journal Habertürk. « Dans 66 jours, nous irons aux urnes », renchérit son concurrent Hürriyet.

    La presse d’opposition explique cette précipitation par un affolement du pouvoir. « Panik atak », titre le journal de gauche Evrensel, qui estime que « les problèmes économiques, politiques et de politique étrangère sont devenus tellement ingérables » pour Recep Tayyip Erdoğan qu’il a dû se résoudre à convoquer ces élections bien avant la date prévue. Même constat chez Sözcü, qui s’indigne du fait que le chef de l’État « se soucie de son fauteuil plutôt que de redresser l’économie ».

    Malgré une forte croissance, l’économie turque multiplie en effet les signes de surchauffe : chute historique de la monnaie, inflation galopante, chômage à 11%... et dans un climat de répression peu propice aux affaires, Recep Tayyip Erdoğan redoute plus que tout une crise, et donc une punition des urnes.

    Pour Cumhuriyet, la bête noire du président turc, ce sera un « vote sans démocratie » puisque, rappelle le quotidien, les élections auront lieu sous le régime d’état d’urgence, en vigueur depuis juillet 2016 et prolongé pour la septième fois mercredi, pour trois mois supplémentaires.

    A l’inverse, et sans surprise, la presse pro-Erdogan se félicite de la nouvelle. « Échec et mat », titre Yeni Safak, qui estime qu’avec ce scrutin anticipé, « les plans de ceux qui complotaient contre la Turquie leur ont explosé dans les mains ». Même enthousiasme en première page du quotidien Star, qui fait déjà du 24 juin la date « anniversaire de la nouvelle Turquie ».

    Le régime présidentiel adopté par référendum l’an dernier doit en effet entrer en vigueur au lendemain de ces élections. Il augmentera considérablement les pouvoirs de Recep Tayyip Erdoğan, qui espère être réélu dès le premier tour ou, à défaut, lors d’un second tour le 8 juillet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.