GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Elections anticipées en Turquie: l'Autriche refuse toute campagne sur son sol

    media Le chancelier autrichien Sebastien Kurz s'oppose à la tenue d'une campagne électorale turque en Autriche. REUTERS/Heinz-Peter Bader

    Alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan a convoqué mercredi des élections présidentielle et législatives anticipées pour le 24 juin, l'Autriche prévient : pas question qu’une campagne électorale se déroule sur son sol.

    La ligne de Vienne est ferme. « Les événements de la campagne électorale turque sont indésirables », a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz. Pas question d'importer « l'atmosphère incendiaire » prévalant en Turquie, affirme-t-il. Un vrai changement de ton. L'année dernière, la coalition droite gauche au pouvoir s'était déchirée sur la question.

    Aux Pays-Bas, qui abritent également une importante communauté turque, aucune décision n'a encore été annoncée. Mais elle ne fait guère de doute. Il y a 14 mois, les autorités néerlandaises avaient carrément empêché le chef de la diplomatie turque d'atterrir à Rotterdam où il devait tenir une réunion électorale sur la réforme constitutionnelle voulue par Recep Tayyip Erdogan. Ce qui avait provoqué la colère de ce dernier.

    Mais c'est avec l'Allemagne, où les ressortissants turcs sont les plus nombreux en Europe, que les tensions ont été les plus vives. Des manifestations où des ministres turcs devaient s'exprimer avaient été annulées. Le président turc avait alors condamné des « pratiques nazies ». Si Berlin n'a pas encore pris de position officielle sur la campagne à venir, la chef de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer en a donné un avant-goût. « La campagne électorale doit se dérouler en Turquie et non en Allemagne, a-t-elle estimé. Pas de conflits internes turcs dans nos villes ».

    Le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu avait pu tenir en France, à Metz, un meeting devant un millier de personnes, à l'invitation d'une association locale, afin de promouvoir auprès de la diaspora turque le vote du « oui » lors du référendum du 16 avril sur le renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. Le rassemblement avait provoqué de nombreux remous en pleine campagne présidentielle française.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.