GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 10 Août
Samedi 11 Août
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Aujourd'hui
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le Portugal est disponible pour accueillir 30 des 244 migrants qui se trouvent à bord de l'Aquarius et des autres embarcations actuellement à Malte», a déclaré le gouvernement portugais dans un communiqué. Cette décision portugaise communiquée à la Commission européenne a été prise en lien étroit avec les gouvernements espagnol et français. L'Espagne a à cet égard annoncé mardi qu'elle allait accueillir 60 des 141 migrants actuellement à bord de l'Aquarius. L'Aquarius cherchait un port d'accueil jusqu'à ce mardi avant que Malte, d'abord réticent, ne décide de finalement le laisser accoster.

    Dernières infos
    • Le Portugal se déclare «disponible» pour accueillir une partie des migrants de l'«Aquarius» (gouvernement)
    • Equateur: un accident d'autocar fait au moins vingt-deux morts (officiel)
    • Attaque de Londres: dans un tweet, Trump réclame «intransigeance» et «dureté» contre «ces animaux fous»
    • Italie: un viaduc de l'autoroute A10 s'écroule à Gênes
    • Royaume-Uni: l'homme qui a été arrêté après l'attaque contre le Parlement est soupçonné «d'actes terroristes» (police)
    • La Turquie «va boycotter» les appareils électroniques américains (Erdogan)
    Europe

    En Arménie, la contestation prend de l'ampleur

    media Un opposant arménien durant une manifestation contre le Premier ministre Serge Sarkissian, le 22 avril à Erevan. Vano SHLAMOV / AFP

    Un grand rassemblement se déroulait ce dimanche soir à Erevan, la capitale arménienne, au dixième jour de manifestations pour réclamer la démission du Premier ministre Serge Sarkissian.

    Pourtant vidée quelques heures plus tôt, la place de la République n'a jamais été aussi noire de monde lors de ce rassemblement de ce dimanche soir à Erevan. Plusieurs drapeaux géants de l’Arménie ont été déployés au-dessus d'une foule de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

    Selon les observateurs, il s'agissait du plus grand rassemblement depuis le début de la contestation. Mardi dernier, 40 000 personnes s’y étaient réunies. Cette fois, les 100 000 participants pourraient avoir été dépassés.

    Les arrestations musclées des coordinateurs du mouvement et du premier d’entre eux, le député d’opposition Nikol Pachinian, y sont sans doute pour quelque chose. Tout au long de la journée, des manifestants ont organisé des actions dans divers quartiers de Erevan et dans d’autres villes du pays, bloquant des routes, klaxonnant, chantant, dansant… Jusque-là, 253 personnes ont été emmenées au poste de police, selon les médias arméniens. Il y a eu des heurts et plusieurs blessés.

    Mais au fil des heures, les rues de la capitale n'ont pas désempli. Certains ont été jusqu’à s’enchaîner à même l’asphalte des rues d’Erevan, pour mieux en paralyser l’activité. D’autres se sont réunis devant le commissariat où Nikol Pashinian est détenu, rapporte notre correspondant dans la région, Régis Genté.

    L'opportunité de « parler de toutes sortes de problèmes »

    Selon Olya Azatyan, professeure d'université et militante de la société civile, cinq manifestations se sont déroulées en même temps ce dimanche après-midi dans divers quartiers d'Erevan. Chacun d'entre elle a rassemblé entre 10 et 15 000 personnes. « Les gens ont le sentiment d’avoir aujourd’hui une opportunité de parler de toutes sortes de problèmes auxquels fait face l’Arménie, comme l’oppression, la pauvreté, les inégalités, les injustices, la corruption, la discrimination et la guerre, indique-t-elle. Or le principal responsable de ces difficultés, celui qui a été au pouvoir ces huit dernières années, c’est Serge Sarkissian, donc ils estiment qu’il doit partir. »

    D'après Olya Aztyan, le mouvement de contestation est désormais complètement décentralisé. Sans leaders clairement identifiés avec lesquels discuter derrière des portes closes, le Premier ministre arménien « va devoir dialoguer avec les gens », se félicite cette militante de la société civile.

    Tension

    Ce soir, la situation restait tendue. Les manifestants redoutent un durcissement de la réponse policière après l’arrestation des chefs du mouvement. Le parquet les accuse d'« avoir violé de manière répétitive et grossière la loi sur les manifestations, en organisant des défilés et des meetings illégaux et en appelant à bloquer les routes et paralyser le fonctionnement des établissements publics ».

    Le ministère de l'Intérieur arménien a déclaré dans un communiqué qu’il a pris la décision de « disperser les manifestants, y compris ceux réunis sur la place de la République à Erevan ». Pour éviter tout débordement, plusieurs organisateurs du rassemblement ont appelé la foule à se disperser. « Venez à la révolution comme vous allez au travail », a lancé l’une des oratrices de la place de la République, appelant les manifestants à poursuivre les actions désobéissance civile et à revenir demain.

    Ils se sont entendus lire un message de figure de proue de la contestation, Nikol Pashinian, appelant à la poursuite de la lutte, de la désobéissance civile, du blocage des rues.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.