GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Scènes de liesse en Arménie après la démission du Premier ministre Sarkissian

    media Des dizaines de milliers de manifestants arméniens se sont réunis sur la place de la République en plein coeur d'Erevan pour fêter le départ du Premier ministre et ex-président Serge Sarkissian. REUTERS/Hayk Baghdasaryan/Photolure

    Le Premier ministre arménien renonce. Au onzième jour de manifestations anti-gouvernementales dans la capitale Erevan, Serge Sarkissian a annoncé sa démission ce lundi 23 avril. Il est accusé par ses opposants de chercher à s'accrocher au pouvoir après dix années passées à la présidence.

    « Je quitte le poste de dirigeant du pays », a déclaré Serge Sarkissian, selon son service de presse cité par l'agence de presse officielle Armenpress. Le chef de la contestation et député Nikol Pachinian « avait raison et moi je me suis trompé », a reconnu Serge Sarkissian. Il s'était fait récemment nommer Premier ministre, après avoir passé dix ans à la tête du pays.

    Cette annonce intervient au onzième jour de la contestation, alors que des manifestants défilent par milliers dans les rues de la capitale. Les choses se sont accélérées ces deux derniers jours, avec d’abord dimanche matin l’arrestation du chef du mouvement de contestation, le député d’opposition Nikol Pachinian, et de deux autres députés, quelques minutes après la tentative de dialogue avortée avec le chef du gouvernement. Cela a sans doute poussé plus de personnes à sortir dans les rues, à cesser le travail et à mener des actions de désobéissance civile non violentes.

    Par ailleurs, ce lundi matin, des militaires en uniformes se sont joints aux cortèges. Une prise de position qui a pu influencer la décision de Serge Sarkissian. La police fait aussi savoir qu’elle a soutenu les actions de protestation pacifiques.

    REPORTAGE

    Je suis là et nous tous nous sommes là pour en finir avec Sarkissian et arriver à avoir un vrai pays, une Arménie libre et indépendante, où il n'y aura plus de dirigeants comme ça. Je veux qu'on soit tous libres, que le pays se développe. Les dirigeants c'est nous, c'est nous les dirigeants!

    Scènes de liesse à Erevan après l'annonce de la démission de Serge Sarkissian 24/04/2018 - par Régis Genté Écouter

    Explosions de joie

    C’est une véritable euphorie qui régnait ce lundi 23 avril à Erevan, commente notre envoyé spécial à Erevan, Régis Genté. Une euphorie comme l'Arménie n'en a certainement pas connu depuis très longtemps. C'est un concert de klaxons sans fin, les gens défilaient avec le drapeau tricolore arménien sur leurs épaules, qui sabrent le champagne  –local en tout cas – dans les rues d'Erevan. Des dizaines de milliers de personnes ont rejoint la place de la République qui a été l'épicentre de ces onze jours de manifestations.

    Une foule composée en grande partie de jeunes  –des étudiants et même des lycéens – qui sont venus dire leur ras-le-bol de ce pouvoir corrompu, qui ne leur donne aucun espoir, tous les bons postes dans l'administration et dans le privé étant réservés à l'entourage du président, des députés, etc.

    Pour Armen, un habitant de 60 ans rencontré par RFI aux abords de la place de la République, aucun doute, c'est bien la jeunesse qui vient de renverser Serge Sarkissian. « Je suis heureux parce que mon peuple se bat pour la justice et a déjà remporté une victoire, salue-t-il. Bientôt, ce sera la victoire finale et nous vivrons bien mieux. Il faut que ce parasite parte, le plus loin sera le mieux. Ces assemblées de jeunes sont calmes, ils sont bien plus intelligents que nous. Les jeunes nous ont ouvert la rue, et lui, Sarkissian, il ne faisait que les fermer. »

    Le meneur du mouvement de contestation Nikol Pachinian célèbre la démission de Serge Sarkissian avec des manifestants. REUTERS/Vahram Baghdasaryan/Photolure

    Libération du leader de la contestation

    Accueilli en héros sur la place de la République, Nikol Pachinian a rendu hommage aux manifestants. « Citoyen fier d'Arménie, tu as gagné ! Et personne ne peut te priver de cette victoire ! » a lancé le député d’opposition qui venait d’être libéré après avoir été arrêté la veille au cours d’une manifestation.

    Le chef du mouvement de contestation dont le parti est minoritaire au Parlement veut avoir son mot à dire dans la suite du processus politique, qui s’annonce d’ores et déjà compliqué. Le Parlement reste dominé par une coalition menée par le Parti républicain de Serge Sarkissian. Il dispose d’une confortable majorité. Les diverses formations siégeant au Parlement ont sept jours pour proposer leurs candidats au poste de Premier ministre.

    Nikol Pachinian, lui, souhaite prendre part à la composition du futur gouvernement provisoire qui devra mener, selon lui, le pays à des élections législatives anticipées. Quant à celui qui prendra la tête de ce gouvernement, il doit être choisi par le peuple, estime le député d’opposition qui a d’ores et déjà prévu de rencontrer le Premier ministre par intérim, Karen Karapetian. Les négociations doivent débuter mercredi matin, après une journée du 24 avril durant laquelle les Arméniens commémorent une page sombre de leur histoire : le génocide de 1915.

    ANALYSE

    Si on respecte la Constitution qui vient d'être modifiée, le Parlement devrait élire un nouveau Premier ministre qui assurera l'essentiel du pouvoir. Or, le Parlement est pour l'instant contrôlé par le parti de Serge Sarkissian, le Premier ministre démissionnaire. Il est donc difficile d'imaginer que l'opposition puisse prendre le contrôle du pays.

    Samuel Carcanague, chercheur à l'Iris 23/04/2018 - par Jelena Tomic Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.