GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Groenland: le dilemme de l'indépendance

    media Sur les sept partis en lice dans les élections législatives au Groenland, six sont favorables à l'indépendance. Ritzau Scanpix/Christian Klindt Soelbeck/via REUTERS

    Le Groenland vote ce mardi 24 avril pour les élections législatives. Au centre de ce scrutin figure la question de l'indépendance de ce territoire autonome danois.

    C'est la plus grande île du monde, un bout de terre de 2 millions de kilomètres carrés, grand comme quatre fois la France, au milieu de l'océan Arctique. Colonisé depuis presque 300 ans par le Danemark, le Groenland pourrait bien décider de s'en émanciper à l'occasion des élections législatives de ce mardi.

    Sur les sept partis politiques qui se disputent le Parlement, six veulent couper les liens avec le Danemark. Les Groenlandais sont danois à part entière, mais ils ont déjà beaucoup d'autonomie. Ils disposent de leur propre assemblée politique, de leur propre gouvernement, mènent leur propre politique en matière d'économie, de pêche, de chasse, d'éducation, de culture... Autant aller jusqu'au bout et se séparer de la tutelle danoise. Voilà pour la théorie.

    En pratique, une question demeure non résolue, celle de l'argent. Le Danemark ne s'oppose pas au départ du Groenland. Mais si le territoire prend définitivement son envol, il perdra les 500 millions d'euros que Copenhague verse chaque année au gouvernement groenlandais. Pas sûr que l'économie locale, qui repose sur la pêche, suffise à faire vivre toute la population.

    Parmi les pistes envisagées pour se défaire de la tutelle danoise, la plus sérieuse serait l'exploitation du sous-sol, très riche en ressources natureles. Mais le Groenland manque de main d'œuvre qualifiée et d'infrastructures. Autre solution : l'augmentation des quotas de pêche. Mais dans quelle mesure ? Et pour quel bénéfice financier ?

    Pour l'instant, les Groenlandais se lancent dans une aventure risquée. L'indépendance est sur toutes les lèvres, mais son coût n'est pas encore chiffré. Et l'addition pourrait faire plus de mal que de bien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.