GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juin
Lundi 25 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, est reçu par Emmanuel Macron ce midi à l'Elysée avant un mini-sommet consacré à la crise migratoire demain dimanche à Bruxelles.

    Europe

    Arménie: Nikol Pachinian suspend sa campagne de désobéissance civile

    media Nikol Pachinian lors d'un meeting à Erevan, ce 2 mai 2018. REUTERS/Gleb Garanich

    L’opposant Nikol Pachinian a échoué à être élu mardi 1er mai au poste de Premier ministre par le Parlement, acquis au Parti républicain, le parti au pouvoir. Après une journée de « désobéissance civile » ce mercredi 2 mai, le meneur de la contestation a appelé à la fin des manifestations, assurant qu’il avait obtenu le soutien de tous les partis pour son élection au poste de Premier ministre le 8 mai prochain. Une annonce synonyme de victoire pour ses partisans.

    « Tous les groupes [parlementaires] ont dit qu'ils soutiendraient ma candidature. La question est réglée », a assuré l'opposant devant ses partisans. « Nous arrêtons notre action et nous allons nous reposer », a-t-il ajouté. « Le 8 mai, nous serons 500 000 personnes à nous réunir ici et nous proclamerons notre victoire », a promis l'opposant à une foule en liesse.

    Sur une place de la République noire de monde, Nikol Pachinian a donc annoncé la suspension de ce mouvement de contestation. Il aura des discussions, a-t-il dit, avec le parti au pouvoir, le Parti républicain, qui a laissé entendre que ses députés pourraient, finalement, voter en sa faveur.

    Ce mercredi 2 mai, au lendemain d’une première session au Parlement qui n’a pas permis à Nikol Pachinian d’être élu Premier ministre, l’opposition a mis une pression maximale. De nombreux axes ont été bloqués, les routes menant à l’aéroport ou à la frontière géorgienne ont été fermées, rapporte notre envoyée spéciale à Erevan, Anastasia Becchio.

    Le centre d’Erevan s’est transformé en une sorte de gigantesque zone piétonne. De nombreux magasins étaient fermés et des milliers de personnes se sont réunies, faisant des rondes, dansant, perchés sur des camionnettes, scandant « Nikol, Premier ministre ! »

    Un goût de victoire

    Une journée qui se termine en apothéose pour ces manifestants qui se mobilisent depuis plus de deux semaines et qui veulent croire, ce mercredi soir, que mardi prochain leur meneur Nikol Pachinian prendra la tête d’un gouvernement provisoire.

    « Je pense que nous allons remporter la victoire dans 6 jours. Nous avons de grands espoirs », insiste Diana, 19 ans. Cette étudiante en gestion parle d'une « énergie dans l'air incroyable ». « Tout le monde a le même sujet de conversation. Cette énergie positive, c'est ce qui nous nourrit », poursuit-elle.

    Diana se félicite aussi de voir toutes ces générations côte à côte dans la mobilisation. «Tous ces jeunes gens qui sont descendus dans la rue, qui dansent, qui chantent, cela nous donne beaucoup d'énergie. Et puis, il y a les générations plus âgées, les gens qui ont 50, 60 ans, ils nous ont aussi soutenu et encouragés. On était conscients qu'ils ne pouvaient pas marcher dans les rues avec nous pendant 12 heures, mais leur soutien est aussi très important. »

    Pachinian le légaliste

    Si la journée a été marquée par de nombreux blocages, à la nuit tombée, les barrages ont cependant été levés à la demande de Nikol Pachinian, pour éviter tout incident. Une décision qui s'explique, selon le directeur de l'Institut du Caucase à Erevan, Alexander Iskandaryan, par la volonté de l'opposant de rester dans le cadre de la loi.

    « La rue, c'est effectivement son unique instrument. Mais bloquer trop longtemps l'aéroport ou la frontière avec la Géorgie, ça n'est pas sérieux. Or monsieur Pachinian, veut visiblement rester dans le cadre de la loi. S'il ne voulait pas cela, il n'aurait pas appelé à bloquer les rues, il aurait simplement pris d'assaut le Parlement et la police n'aurait surement pas fait grand-chose pour l'empêcher, et c'est tout. »

    Preuve également de cette volonté, les mots choisis par Pachinian, souligne le politologue. « Mardi, lorsqu'il s'est exprimé sur la place, il a dit une chose, à mon sens, très importante, il a dit : "je serai élu". Il n'a pas dit, "je vais devenir Premier ministre", ou bien, "je vais accéder au pouvoir", mais il a employé le mot élu. De là, on comprend qu'il veut rester dans le cadre de la loi pour assurer une continuité du pouvoir. Cela est raisonnable parce que s'il est élu, il devra traiter avec tout le monde et notamment avec l'occident, il devra solliciter des crédits et c'est pourquoi il faut conserver une légitimité. »

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.