GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le président turc à Londres pour renforcer les relations économiques

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan (ici le 6 mars 2018). REUTERS/Umit Bektas

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan est ce dimanche 13 mai à Londres pour une visite de trois jours. Il doit notamment rencontrer la reine Elisabeth II et Theresa May, chef du gouvernement britannique. Principal sujet à l'agenda : les relations économiques entre Ankara et Londres qui, comme leurs relations politiques, sont déjà au beau fixe.

    Avec notre correspondante à Istanbul,  Anne Andlauer

    C'est surtout pour parler d'économie que Recep Tayyip Erdoğan est en visite à Londres et avec lui, un aréopage d'hommes d'affaires et de hauts responsables, dont le vice-Premier ministre chargé de l'économie, Mehmet Simsek, figure appréciée des investisseurs qui participe rarement à ce genre de voyage présidentiel.

    Alors que l'économie turque multiplie les signes de surchauffe et souffre d'un large déficit courant, le pays est en quête d'investisseurs étrangers et de nouveaux débouchés pour ses produits.

    Mais dans le contexte du Brexit, Londres aussi est avide de renforcer ses relations avec la 13e économie mondiale. Les dirigeants britanniques évitent d'ailleurs de critiquer en public les atteintes aux droits de l'homme dans la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, contrairement à leurs homologues allemands ou français.

    Un silence apprécié par le chef de l'Etat turc. Ce dernier, en campagne pour sa réélection au double scrutin présidentiel et législatif du 24 juin, ne manquera pas de rappeler à ses hôtes britanniques leur soutien sans équivoque dans les heures qui avaient suivi la tentative de putsch de juillet 2016, et qu'il estime ne pas avoir reçu de ses autres partenaires européens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.