GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: scandale à l'office chargé des réfugiés

    media Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer est pointé du doigt. Odd ANDERSEN / AFP

    Des pratiques organisées ont-elles permis à des demandeurs d'asile d'obtenir une réponse positive à leurs dossiers avec la complicité des autorités compétentes ? Que savaient les responsables politiques à Berlin et ont-ils tardé à réagir ? Ces questions suscitent un débat en Allemagne après des révélations sur les pratiques de l'office des migrations de Brême.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    « Des pratiques scandaleuses et incroyables ». Le secrétaire d'Etat du ministère de l'Intérieur n'a pas mâché ses mots jeudi matin. Son patron, Horst Seehofer, a parlé un peu plus tard devant le Parlement de faits « très graves » tout en soulignant à plusieurs reprises qu'ils avaient eu lieu avant son entrée en fonction.

    Mais le nouveau ministre de l'Intérieur a-t-il tardé à réagir ? La nouvelle responsable de l'office des migrations à Brême, qui a rendu l'affaire publique, affirme avoir prévenu Berlin fin février un rapport de 100 pages expliquant comment cette administration avait ces dernières années accordé le droit d'asile à plus de 3 000 demandeurs alors que les dossiers ne devaient pas le permettre. Un système organisé avec la complicité d'avocats défendant des réfugiés aurait été mis en place. Fin mars, la nouvelle directrice Josefa Schmid affirme avoir envoyé un SMS sur le portable du ministre de l'Intérieur.

    Il va donc falloir maintenant tirer au clair les responsabilités de l'office des migrations de Brême et déterminer si le siège de l'organisme à Nuremberg a, ou non, négligé de tirer les choses au clair. Le scandale prend une dimension désormais politique. Le nouveau ministre de l'Intérieur se voit reprocher d'être également resté passif bien qu'ayant été informé. L'opposition parlementaire réclame la mise ne place d'une commission d'enquête. Horst Seehofer s'en est réjoui. Une réaction peu courante.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.