GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: le maire de Thessalonique agressé lors d'une commémoration

    media Yiannis Boutaris en pleine agression au moment de rejoindre sa voiture en marge de la manifestation du 19 mai 2018 à Thessalonique. Eurokinissi / AFP

    Le maire de Thessalonique attaqué par des « voyous d’extrême droite ». C’est ainsi que le bureau du Premier ministre grec Alexis Tsipras a qualifié les violences dont a été victime Yiannis Boutaris lors d’un rassemblement dans la deuxième ville de Grèce.

    Avec notre correspondante à Athènes,  Charlotte Stiévenard

    Yiannis Boutaris était venu assister aux commémorations du génocide des Grecs pontiques [qui a suivi le génocide arménien] à Thessalonique. Sur des vidéos et des photos diffusées dans la presse grecque, on voit plusieurs personnes le poursuivre, dont une masquée qui lui donne un coup de pied.

    Le maire de 75 ans tombe au sol avant de se réfugier dans sa voiture pour s’échapper. Il a été hospitalisé pour blessures au dos et à la tête.

    Cette attaque a été formellement dénoncée par la classe politique. Elle a visé un maire connu pour ses positions libérales en Grèce, notamment sur l’homosexualité, la qualification de la Macédoine, mais aussi pour son ouverture aux juifs et aux Turcs.

    Deux interpellations

    Des positions passent parfois mal, comme il l’expliquait la semaine dernière : « Ils m’appellent au téléphone et ils m’insultent, me traitent de punaise de juif et tout ça. Moi ça ne me fait rien. L’antisémitisme est une expression du fascisme. »

    Yiannis Boutaris a assuré à l’agence de presse grecque qu’il ne pensait pas que des Grecs de la minorité pontique présents au rassemblement étaient impliqués. Sur les réseaux sociaux, un certain nombre lui reprochaient pourtant de l’avoir cherché, l’accusant d’avoir nié leur génocide dans une interview.

    Dimanche soir, la police affirmait avoir fait deux interpellations.

    → Écouter sur RFI : Thessalonique, terre des hommes (janvier 2018)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.