GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Aujourd'hui
Lundi 25 Juin
Mardi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Mondial 2018: la Colombie écrase la Pologne (3-0) et se relance dans la course aux 8es de finale dans le groupe H du Sénégal et du Japon.
    Dernières infos
    Europe

    Nomination de Giuseppe Conte en Italie: le président Mattarella hésite encore

    media Le chef de l'Etat italien s'est donné jusqu'à demain, mercredi, pour rendre sa décision. REUTERS/Alessandro Bianchi

    L’Union européenne et les marchés tremblent, le suspense italien lui se prolonge. Le président Sergio Mattarella veut encore consulter avant de prendre sa décision : nommer oui ou non Giuseppe Conte chef du premier gouvernement anti-système en Europe.

    L'inquiétude monte ce mardi en Europe et sur les marchés face à l'évolution politique de l'Italie, pays fondateur de l'UE et de l'euro, en passe d'être dirigé par un gouvernement populiste et eurosceptique. Giuseppe Conte a été désigné par le tandem Ligue du Nord - Mouvement Cinq étoiles pour diriger l'exécutif. Mais il faudra sans doute encore patienter jusqu’à demain, mercredi, pour connaître la décision du président Mattarella.

    Deux questions font ces dernières heures cogiter le chef de l’Etat italien. Un : Giuseppe Conte peut-il être le vrai dirigeant de ce gouvernement ? Ce juriste multi-diplômé, inconnu du grand public qui ferait là ses premiers pas en politique, sera-t-il vraiment autonome face à des ministres poids lourds, notamment les dirigeants des mouvements Cinq étoiles et Ligue du Nord ?

    Deux : Comment concilier le respect du vote populaire, c'est-à-dire un programme 100 % eurosceptique approuvé par les Italiens - ce sont les sondages qui le disent - avec les engagements européens de Rome. Surtout que depuis plusieurs jours, le pays fait face à une avalanche de commentaires inquiets et d’avertissements de toute l’Europe et surtout de Bruxelles, Paris et Berlin.

    Le patron de la Ligue du Nord Matteo Salvini l’a bien saisi. Il a eu ces quelques mots hier : « Les partenaires européens ne doivent pas s'inquiéter ». Des mots plus apaisés que ses récentes sorties sur l’air de « que les autres gouvernements s’occupent de leurs affaires » mais pas de quoi pour autant rassurer en Europe.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.