GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 5 Décembre
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Espagne: un immense scandale de corruption ébranle le Parti populaire au pouvoir

    media (Photo d'illustration) Affiche de campagne de Mariano Rajoy, chef du gouvernement et candidat du Parti populaire lors des législatives de 2015. Laurent Berthault/RFI

    En 40 ans de démocratie espagnole, jamais un scandale de corruption n'avait reçu une condamnation aussi sévère. Ainsi l'a dicté l'Audience nationale à Madrid, statuant sur le scandale Gurtel, un système de corruption entre le Parti populaire, au pouvoir, et un réseau d'entreprises. Au total, 29  des 37 accusés ont écopé de 351 ans de prison. Pire : le PP en tant que parti a été condamné pour tirer des bénéfices à titre lucratif.

    Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

    Pour le parti au pouvoir et pour Mariano Rajoy, aux commandes depuis 2011, c'est la plus grave affaire jamais survenue, une affaire qui met en danger l'avenir même du gouvernement. Ce que les magistrats du tribunal l'Audiencia nacional ont prouvé, c'est qu'entre 1999 et 2005, le Parti populaire, le grand parti de la droite, a mis en place et a bénéficié « d'un authentique et efficace système de corruption institutionnalisé ».

    L'entrepreneur véreux Francisco Correa, condamné à 51 ans de prison, était au centre d'un réseau de complicités ayant débouché sur de considérables pots-de-vin qui ont alimenté les caisses du PP. L'ancien trésorier de ce parti devra d'ailleurs passer 33 ans derrière les barreaux.

    C'est donc un formidable camouflet pour Mariano Rajoy, dont le parti tremble désormais. Au point que toutes les autres formations parlementaires ont pris leurs distances avec le Parti populaire. La formation centriste libérale Ciudadanos, qui appuie Mariano Rajoy et lui permet de gouverner, veut désormais prendre ses distances. Plus grave encore, le Parti socialiste a annoncé une motion de censure qui pourrait bien faire tomber l'actuel exécutif.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.