GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Commerce: Washington lance de fausses accusations pour «intimider» les autres (Chine)
    • Maldives: le gouvernement indique reconnaître la victoire de l'opposition à la présidentielle (officiel)
    • Russie: l'opposant Alexeï Navalny a été de nouveau arrêté dès sa sortie de prison (porte-parole)
    • Internet: le moteur de recherche Google, né en septembre 1998, célèbre ses vingt d'ans d'activité
    • Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront pour éviter la pénurie sur le marché s'ils le jugent opportun, dit l'Arabie saoudite
    • Australie: les travaux ont commencé sur le chantier du deuxième aéroport de Sydney, qui doit être livré en 2026
    • Hong Kong interdit un parti indépendantiste, le Parti national (HKNP), une première depuis 1997
    • Birmanie-Rohingyas: pour le chef de l'armée birmane, l'ONU «n'a pas le droit d'interférer»
    • Guerre commerciale Washington-Pékin: entrée en vigueur des taxes américaines sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises
    Europe

    Avortement en Irlande: jour J pour un référendum historique

    media Préparation d'un bureau de vote sur l'île irlandaise de Inishbofin, le 24 mai 2017. REUTERS/Clodagh Kilcoyne

    L'Irlande se rend aux urnes ce 25 mai pour un référendum historique sur la suppression de l'interdiction constitutionnelle de l'avortement. Le sujet agite la société depuis 35 ans. Le Premier ministre Leo Varadkar parle d'une « opportunité d'une seule génération ». La campagne s'est terminée hier avec une tendance plutôt favorable au camp du « oui » à la libéralisation de l'avortement, qui se confirme dans les rues de la capitale.

    Avec notre correspondant à Dublin, Julien Lagache

    En Irlande, les militants des deux bords, pro et anti-avortement, auront fait campagne jusqu'au dernier moment. A Dublin, la capitale, la plupart des gens arborent des badges et tee-shirts en faveur du « oui » à la suppression de l'interdiction constitutionnelle de l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

    Pour Beth Hayden, 25 ans, il ne faut cependant pas crier victoire trop vite. « Au dernier référendum, les sondages donnaient un écart plus important qu'au résultat final, rappelle-t-elle. Cela me rend un peu nerveuse. Ce sera serré, c'est sûr, mais je pense qu'on peut le faire ».

    Au contraire, Sorcha Nidomhnaill, 19 ans, qui milite pour le « non », se dit confiante au regard de ses discussions avec les gens dans la rue. « On a de très bons retours, surtout depuis deux semaines, explique-t-elle. On entend beaucoup de gens changer d'avis, des gens qui étaient encore hésitants mais qui finissent par être contre l'avortement ».

    La jeunesse, majoritairement pro-IVG, aura été l'un des fers de lance de cette campagne. Pour Sorcha Lowry, désormais installée à New York, il était impossible de ne pas rentrer pour l'occasion. « C'était très important pour moi de faire partie de ce scrutin, il m'a fallu dépenser de l'argent que je n'avais pas pour rentrer, raconte-t-elle. Mais ne pas voter aurait ressemblé à un vote pour le "non". Donc je devais rentrer voter ».

    L'enjeu: le vote des indécis

    Reste à savoir si ce vote « historique » dopera la participation alors que le nombre d'inscrits lui est déjà en forte hausse.  La libéralisation de l'avortement pourrait être acquise de justesse dans ce pays à forte tradition catholique, marquant l'évolution des mœurs, trois ans après la légalisation du mariage homosexuel. Si le « oui » est en tête des sondages, il faut rester prudent pour Agnès Maillot, professeure à l'université de Dublin.

    « Si on en croit les sondages, ils ont une avance relativement confortable : à peu près 42% pour le "non" contre 58% pour le "oui", explique-t-elle. Mais cela ne tient pas compte des indécis qui sont encore très nombreux et qui sont ceux qui changeront la donne ». Il existait aussi un écart très important au dernier référendum de 2015 sur le mariage pour tous, qui s'est resserré le jour du vote à cause du vote des indécis mais où le « oui » l’avait remporté avec 62%.

    Mais, poursuit Agnès Maillot, « c’est un débat extrêmement clivé et ceux du côté du "oui" ne se qualifieraient peut-être pas de pro-avortement. C’est beaucoup plus complexe puisqu’il s’agit en fait d’abroger une clause de la Constitution qui donne la priorité à la vie de l’enfant à naître même en cas de dysfonctionnement ou de péril à la vie de la mère ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.