GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: le président a choisi Cottarelli pour conduire le pays aux élections

    media Le président italien Sergio Mattarella et le nouveau premier ministre nommé, Carlo Cottarelli. Italian Presidential Press Office/Handout via REUTERS

    En plein chaos politique, et dans le souci de rassurer les investisseurs, le président de la République italienne, Sergio Mattarella, a nommé ce lundi 28 mai 2018 l'économiste Carlo Cottarelli au poste de président du Conseil. Son rôle : former un gouvernement « technique » pour amener le pays vers de nouvelles législatives. Le Mouvement 5 étoiles et la Ligue goûtent peu l'initiative du chef de l'Etat.

    Dimanche, le chef de l'Etat italien a fait tomber l'édifice d'un possible gouvernement Ligue-Mouvement 5 étoiles, sous la direction de Giuseppe Conte, en raison des orientations politiques de la personne choisie pour occuper le poste de ministre de l'Economie et des Finances, l'eurosceptique Paolo Savona.

    Alors que Luigi Di Maio, chef de file du M5S, réclame la destitution du président de la République, et crie au déni de démocratie - comme son allié de la Ligue -, Sergio Mattarella est finalement passé à l'étape suivante ce lundi, en chargeant Carlo Cottarelli de former une nouvelle équipe gouvernementale pour l'Italie.

    Objectif : rassurer les marchés avec une orientation centriste, et proposer un gouvernement de courte durée, une équipe « technique » qui devra préparer de nouvelles élections. Le chef de l'Etat considère donc comme un échec la tentative de former une équipe sur la base des résultats des dernières législatives.

    Carlo Cottarelli, 64 ans, est un ancien haut responsable du Fonds monétaire international (FMI), doublé d'un expert des comptes publics. Il est l’incarnation de l’austérité budgétaire, dit-on en Italie. On lui a même attribué le surnom de « Ciseaux » pour son rôle dans la réduction des dépenses publiques.

    C'était en 2013-2014, dans le gouvernement d'Enrico Letta (centre gauche). Carlo Cottarelli avait quitté ses fonctions à l’arrivée au pouvoir de Matteo Renzi, avec lequel il ne s’entendait pas. Le président du Conseil l'avait alors nommé au FMI, au poste de directeur exécutif pour plusieurs pays dont l’Italie, Malte et la Grèce.

    « Technique », « neutre », mais pro-européen et sérieux sur le budget

    Ce poste au FMI, le Premier ministre nommé l'a occupé jusqu'au 2017, avant de diriger l'an passé l'Observatoire des comptes publics, un organisme rattaché à l'Université catholique de Milan. C’est à ce titre qu’il a plusieurs fois dénoncé les dérives financières du programme de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles.

    Très remontées, ces deux formations ont fait savoir qu'elles n'accorderaient pas leur vote de confiance à la future équipe. Dans ce cas, « le gouvernement démissionnera (...) et sa mission principale sera de gérer les affaires courantes et d'accompagner le pays vers des élections », considère M. Cottarelli.

    Mais de prévenir que si cela se produit, les législatives se tiendront « après le mois d'août ». « Je vais me présenter au Parlement avec un programme qui, si j'obtiens la confiance, inclura le vote du budget 2019. Ensuite, le Parlement sera dissous, avec des élections début 2019 », espère donc Carlo Cottarelli.

    Le gouvernement, s'il obtient la confiance, restera neutre, promet-il aussi : « Je m'engage à ne pas être candidat aux prochaines élections et je demanderai le même engagement à tous les membres du gouvernement. » En revanche, il mènera « une gestion vigoureuse » des comptes publics du pays.

    Et surtout, dans les mois qui viennent, si le Parlement valide son gouvernement, il estime devoir poursuivre une orientation résolument européenne et pro-euro : « Un dialogue avec l'Europe pour défendre nos intérêts est essentiel. Nous pouvons faire mieux qu'avant. Mais cela doit être un dialogue constructif. »

    Je veux simplement redire mon amitié et mon soutien au président Mattarella qui a une tâche essentielle à mener, celle de la stabilité démocratique et institutionnelle de son pays.

    Emmanuel Macron apporte son soutien à Sergio Mattarella 28/05/2018 - par Pierre Firtion Écouter

    ■ Le coup résolument politique du « vieux briscard » Mattarella

    Près de trois mois après les législatives, dimanche, Sergio Matarella, 76 ans, a créé la surprise et forcé sa nature en mettant son veto à la nomination d'un ministre des Finances ouvertement hostile à l'euro, poussant le Premier ministre désigné par le Mouvement 5 étoiles et la Ligue à renoncer.

    Bien que doté de pouvoirs limités, le chef de l’Etat italien est une figure respectée dans son pays. Aussi, cet Européen convaincu n’a pas hésité à faire tout ce qui était en son pouvoir pour barrer la route à un gouvernement eurosceptique. Juriste, Sergio Matarella se pose en gardien de la Constitution.

    Homme de principes, le président de la République a d’ailleurs rappelé que l’article 81 de la Loi fondamentale l’empêchait d’approuver des mesures de dépenses publiques qui ne seraient pas financées, ce qui semble être le cas du programme annoncé par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles.

    Il avait tenté d'empêcher Berlusconi de mettre la main sur les médias

    L'engagement politique de M. Mattarella remonte au début des années 1980 et à un événement tragique, la mort dans ses bras de son frère aîné, président de la région Sicile assassiné par la mafia à Palerme. Trois ans plus tard, Sergio Mattarella est élu député avec Démocratie chrétienne.

    Celui qui se destinait à une carrière de professeur de droit renoncera également, en 1990, à son poste de ministre de l’Education pour protester contre l’adoption d’une loi confirmant à Silvio Berlusconi son quasi-monopole sur les chaînes de télévision privées en Italie.

    Par la suite, il sera chargé de rédiger une loi électorale censée assurer une meilleure stabilité. Le texte ne convaincra pas et sera remplacé 10 ans plus tard. On voit où le pays en est. C'est donc l'heure de vérité : le rigoureux, discret, réservé président italien joue là son va-tout. Quitte à prolonger la crise.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.