GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: les grandes ambitions de Matteo Salvini

    media Matteo Salvini: «Je serai ministre pour moitié au bureau et pour moitié dans la rue». AFP PHOTO / TIZIANA FABI

    Avec un portefeuille clé tel que celui de l’Intérieur, le chef de la Ligue, qui est également vice-président du Conseil, devrait avoir une large marge de manoeuvre pour mettre en place une politique très restrictive vis-à vis de des migrants et demandeurs d’asile en Italie. Matteo Salvini a déjà clairement expliqué que sa priorité numéro un sera de remettre de l’ordre dans la gestion de l’accueil. Il se rend d’ailleurs le 3 juin en Sicile afin de visiter le centre de premier accueil de Pozzallo où pourraient débarquer les 156 migrants qui ont été secourus ces dernières heures par le navire « Aquarius » de SOS Mediterranée et MSF.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Le déplacement en Sicile de Matteo Salvini est un acte symbolique, il veut démontrer qu’il sera un ministre de terrain, hyperactif et présent sur les lieux les plus sensibles. Mais ses ambitions ont de quoi faire frémir les associations humanitaires. Il demande un bon coup de ciseaux dans les dépenses pour l’accueil des migrants, évaluées actuellement à 5 milliards d’euros.

    Il veut aussi restreindre les activités des bateaux des ONG au large de la Libye, en leur interdisant de débarquer dans des ports italiens. Il entend rapatrier des milliers de migrants illégaux et contrôler toutes les frontières.

    Renouer avec la réalité

    Cela dit, le nouveau ministre de l’Intérieur va devoir faire ses comptes avec la réalité. Contrôler 8 000 km de côtes en Italie, c’est une mission impossible. Renvoyer chez eux tous les clandestins c’est un projet très coûteux et qui exigerait moins de résistance de la part des pays d’origine.

    Et puis, réduire drastiquement les fonds destinés aux demandeurs d’asile, ce n’est pas la solution pour garantir davantage d’ordre et de sécurité en Italie.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.