GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    États-Unis: Donald Trump lance officiellement sa campagne pour un deuxième mandat
    Dernières infos
    • Trump accuse les démocrates d'être guidés par «la haine»
    • Trump: «Le monde entier» envie la santé de l'économie américaine
    • Trump dénonce les «Fake News» dès le début de son meeting en Floride
    • Trump lance sa campagne pour 2020 depuis Orlando en Floride
    • Le Japon accuse un déficit commercial en mai, nouveau repli des exportations
    • Attribution du Mondial 2022 au Qatar: Michel Platini ressort libre de garde à vue
    • Canada: Trudeau annonce l'agrandissement d'un oléoduc controversé
    Europe

    Législatives en Slovénie: le conservateur anti-migrants Jansa en tête

    media Janez Jansa, le 3 juin 2018. REUTERS/Borut Zivulovic

    L'ancien Premier ministre conservateur Janez Jansa, un proche du Hongrois Viktor Orban, est arrivé en tête des législatives slovènes dimanche 3 juin, mais sans être assuré de rassembler une majorité, après avoir brandi le spectre d'une invasion migratoire dans ce petit pays situé sur l'ancienne « route des Balkans ».

    « Nous avons fait un premier pas pour une Slovénie forte et responsable en Europe », a relevé dans un tweet M. Jansa, 59 ans, qui durant sa campagne a emprunté des accents xénophobes au dirigeant national-conservateur hongrois, alors même que son pays n'accueille qu'un millier de réfugiés ou demandeurs d'asile. M. Orban lui a en retour apporté un soutien appuyé, le qualifiant de « garant de la survie du peuple slovène ».

    Omniprésent sur la scène politique slovène depuis l'indépendance en 1991 de cette ex-République yougoslave, M. Jansa, un ancien dissident, voit son Parti démocrate slovène (SDS) obtenir 25% des voix après décompte de plus de 99% suffrages.

    En net recul, le Parti du centre moderne (SMC, centre-gauche) du Premier ministre sortant Miro Cerar ne recueille que 9,7%. La coalition sortante fait toutefois jeu égal avec le SDS si l'on prend en compte les scores des sociaux-démocrates (10%) et du parti des retraités Desus (4,9%).

    Dans ce contexte, l'indépendant Marjan Sarec, arrivé deuxième avec 12,6% des suffrages, apparaît appelé à jouer un rôle crucial, selon les analystes.

    Cet ancien comédien devenu maire d'une petite ville de province, âgé de 40 ans et qui cite volontiers le président français Emmanuel Macron en exemple, a réaffirmé qu'il n'entendait pas nouer d'alliance avec M. Jansa, qu'il a accusé de « répandre la peur » avec ses propos anti-migrants.

    Condamnation pour corruption

    Il a en revanche estimé que c'est sa formation qui in fine pourrait « avoir l'opportunité de former un gouvernement », si M. Jansa, une personnalité volontiers clivante, échouait à rassembler une majorité.

    Quelque 1,7 million d'électeurs étaient appelés aux urnes pour ce scrutin à la proportionnelle destiné à pourvoir les 90 sièges au Parlement, dans ce pays entré dans l'Union européenne en 2004 et membre de la zone euro depuis 2007.

    Premier ministre de 2004 à 2008 et de 2012 à 2013, M. Jansa avait été obligé d'écourter son deuxième mandat en raison d'une condamnation pour corruption qui lui avait valu plusieurs mois d'emprisonnement en 2014.

    Le dirigeant conservateur, qui avait obtenu l'annulation du jugement la même année, a construit son retour au premier plan en agitant le spectre migratoire.

    Une rhétorique qui rend aujourd'hui encore plus délicat un rapprochement avec les partis du centre sans lesquels M. Jansa, que seul le petit parti Nouvelle Slovénie (7,1%) a jusqu'à présent assuré de son soutien, ne semble pas pouvoir être en mesure de rassembler une majorité.

    « Le moment est venu d'appeler à la collaboration. Notre porte est ouverte pour des pourparlers de coalition », a-t-il relevé, la mine grave et fatiguée, dans une courte allocution après le scrutin.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.