GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Guerre commerciale États-Unis/Chine: Johnson «très inquiet», «ce n'est pas une manière de faire»
    • L'Union doit «laisser tomber» le filet de sécurité irlandais pour éviter un Brexit sans accord (Boris Johnson)
    • Allemagne: à Dresde, des milliers de manifestants se mobilisent contre l'extrême droite
    • Jour de l'Indépendance en Ukraine: la parade militaire annulée, mais défilé non officiel à Kiev
    Europe

    Turquie: Erdogan en opération séduction auprès des Kurdes de l'est du pays

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un meeting à Malatya le 31 mai 2018. Murat Kula/Presidential Palace/Handout via REUTERS

    La campagne électorale se poursuit en Turquie en vue des élections anticipées du 24 juin. Ce dimanche 3 juin, Recep Tayyip Erdogan tient un grand rassemblement à Diyarbakir, une ville d’1,7 million d'habitants considérée comme la « métropole » des régions à majorité kurde de Turquie. Un déplacement stratégique pour le président turc et son parti l'AKP. Recep Tayyip Erdogan pourrait bien être en difficulté dans une région qui lui a déjà été favorable, mais qui est aujourd'hui sous haute tension.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Depuis le début de la campagne Recep Tayyip Erdogan tient chaque jour un meeting, parfois même deux. Mais celui de Diyarbakir est particulier, car c'est le premier grand déplacement électoral du président turc dans le sud-est à majorité kurde.

    L’objectif est de faire une démonstration de force avec des milliers de partisans réunis, ce qui est facile à organiser avec la machine de guerre électorale de son parti. Les choses sont cependant un peu plus compliquées dans la réalité. L'AKP qui attirait auparavant une partie de l'électorat kurde conservateur est aujourd'hui décrédibilisé par la rupture du cessez-le-feu avec le PKK, la mise sous tutelle des grandes villes à majorité kurde ou encore l'intervention à Afrin.

    Cette opération séduction sera donc difficile pour le président turc. Pas évident qu'un grand rassemblement soit suffisant à peine trois petites semaines avant le jour du scrutin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.