GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Espagne: Rajoy tire sa révérence, réactions contrastées dans la classe politique

    media L'ex-chef du gouvernement conservateur espagnol Mariano Rajoy le 31 mai, jour du vote de la motion de défiance qui a provoqué son départ du gouvernement. Reuters/Sergio Perez

    La démission de Mariano Rajoy à la tête du Parti populaire laisse un grand vide après quatre décennies dans les hautes sphères de la politique. Au sein de sa famille politique, on s’attriste, tout en essayant de penser au futur immédiat. Un futur que les partis de gauche espèrent eux moins corrompu et plus démocratique.

    avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

    «Adios patriarca», adieu patriarche. Ce titre du journal conservateur La Razón résume bien le sentiment des dirigeants et des militants du Parti populaire, formation de droite qui a monopolisé une partie du pouvoir depuis trois décennies et que Mariano Rajoy dirigeait d’une main de fer depuis 2005. Il va être difficile de reconstruire le parti après le départ de ce chef de file galicien, flegmatique, d’une résistance à toute épreuve qui -en 2011- avait obtenu des résultats historiques pour sa formation.

    L’Espagne se trouve dans une meilleure situation aujourd’hui qu’elle ne l’était quand j’ai commencé à la diriger, a déclaré Rajoy. Peut-être, reconnaissent beaucoup de médias, voire des personnalités d’autres formations politiques. Mais en même temps, comme le dit un éditorialiste du journal El País, Rajoy a laissé un parti dans une situation pire que celle où il l’a trouvé, en référence aux multiples scandales de corruption qui éclaboussent le Parti populaire.

    Il avait un style inimitable, et un talent pour affronter toute crise par le silence et l’immobilisme, dit un des dirigeant de la formation. Ailleurs, on se réjouit bien sûr. Rajoy parti, on peut reconstruire une Espagne plus saine, moins corrompue, plus démocratique, dit-on à Podemos.

    Quant aux socialistes du PSOE qui s’apprêtent à former le prochain gouvernement, on affirme qu’avec le départ de Rajoy, c’est un triste cycle qui se ferme celui des « affaires scandaleuses et du conservatisme sans imagination ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.