GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Aujourd'hui
Lundi 25 Juin
Mardi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Affaire du «camion charnier»: entre 3 et 25 ans de prison pour les passeurs

    media L'Afghan Samsoor Lahoo avait développé un réseau quasi industriel de trafic d'êtres humains vers l'ouest de l'Europe en pleine vague migratoire. Il a été condamné à 25 ans de prison, le 14 juin 2018, en Hongrie, pour la mort de 71 migrants en 2015. REUTERS/Tamas Kaszas

    Le 27 août 2015, les cadavres de 71 réfugiés syriens, irakiens et afghans étaient découverts morts par asphyxie dans un camion frigorifique abandonné sur le bord d'une autoroute en Autriche. Après un procès fleuve d'un an en Hongrie, 14 passeurs ont écopé de peines allant de 3 à 25 ans de prison.

    Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

    Le parquet hongrois avait demandé la réclusion à perpétuité. Les quatre principaux trafiquants, un Afghan et trois Bulgares, ont écopé de 25 ans de prison ferme chacun pour complicité d'homicide involontaire. Les dix autres accusés ont été condamnés à des peines allant de 3 à 12 ans d'emprisonnement. D'après la cour, il n'y a pas eu préméditation, mais les trafiquants ont fait preuve de cruauté.

    Ce jour d'août 2015, sur la route, le chauffeur du camion à bord duquel les 71 migrants avaient embarqué, avait alerté son patron par téléphone : « Les passagers crient pour qu'on leur donne de l'air ». Le chef du réseau, un Afghan de 31 ans, lui-même réfugié en Hongrie, avait ordonné : « Qu'on les laisse mourir. S'ils meurent, il faut les décharger dans une forêt en Allemagne ».

    Partis de Hongrie pour être conduits en Allemagne, les migrants avaient péri d'étouffement moins de trois heures après leur départ. Ils avaient déboursé pour ce trajet entre 1 500 et 3 000 euros.

    Pour le procureur hongrois, les trafiquants ont montré une indifférence effroyable et une cupidité sans limites. Le lendemain du drame, le gang avait organisé un nouveau transport dans des conditions similaires. Les 67 passagers avaient échappé à la mort de justesse, en défonçant la porte du camion.

    Le drame du camion charnier avait provoqué une onde de choc en Europe. Cette tragédie avait encouragé Angela Merkel à ouvrir les frontières de l'Allemagne à plus d'un million de demandeurs d'asile. Le parquet hongrois a fait appel des peines prononcées.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.