GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Montée de l’extrême droite et crise des migrants, l'impossible équation

    media Des migrants quittent un bateau de sauvetage à leur arrivée au port de Malaga, en Espagne, le 18 juin 2018. REUTERS/Jon Nazca

    Le président français Emmanuel Macron rencontre la chancelière allemande Angela Merkel près de Berlin pour préparer le Conseil européen du 28 et 29 juin. Au menu, notamment la nouvelle crise des migrants, provoquée par la montée de l’extrême droite dans plusieurs pays de l’Union. L’« Aquarius » et ses 630 migrants, secourus en mer mais dont l’Italie a empêché le débarquement, hante les esprits.

    Le nouveau ministre italien de l'intérieur Matteo Salvini, chef de file de la formation d'extrême droite La Ligue, ne veut plus accueillir des migrants secourus en mer. Les atermoiements autour de l’Aquarius ont bien failli provoquer une crise entre Rome et Paris. La gestion de l'arrivée des migrants en Italie a complètement changé en quelques années. Yves Pascouau, chercheur à l'université de Nantes, rappelle qu’en 2013, lorsque les migrants qui traversaient la Méditerranée se noyaient par centaines, le mot d’ordre des autorités italiennes était de les sauver. Cinq ans plus tard, il s’agit simplement de les empêcher de débarquer dans le pays.

    La position de l'Italie arrange les autres pays de l’Union

    Et l'Italie n'est pas le seul pays européen qui ne veut plus recevoir des migrants. Même son de cloche en Autriche, où la formation d'extrême droite FPÖ est entrée au gouvernement. Et Yves Pascouau cite aussi les pays du groupe de Visegrad, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque, mais également le Danemark et la Belgique, donc pas moins de huit pays au total où les ministres de l’Intérieur sont hostiles à l’immigration ou tout du moins ouvertement en faveur de politiques restrictives

    Johann Chapoutot, professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne, souligne que ce qui se passe aujourd’hui, notamment en Italie, arrange de manière très hypocrite les autres pays de l’Union, puisque c’est l’Italie et la Grèce qui ont dû porter le poids de l’arrivée des réfugiés depuis des années. Le fait que l’Italie décide de fermer ses ports et ses frontières arrange y compris la France, qui a fermé elle-même se frontières avec l’Italie, au mépris de toutes les règles européennes.

    Des migrants qui n’ont aucune chance d’obtenir l’asile en Europe

    Le président Emmanuel Macron cherche des solutions à la nouvelle crise des migrants. Il aborde ce sujet ce mardi 19 juin avec la chancelière Angela Merkel. Lors de sa récente rencontre avec le nouveau Premier ministre italien Giuseppe Conte, il a dressé un tableau assez sombre de la situation : « Parmi ceux qui arrivent, il y a des femmes et des hommes qui n’ont aucune chance d’obtenir l’asile en Europe ; qui prennent tous les risques ; qui meurent dans la Méditerranée ; qui errent ensuite en Europe pendant des mois, avant d’être ou reconduits dans leurs pays d’origine, ou de vivre dans des conditions indignes en Europe, parce qu’on ne sait pas les reconduire dans les pays d’origine. »

    Angela Merkel subit la pression de ses alliés de la droite dure bavaroise

    De son côté, la chancelière Angela Merkel est sous pression au sein de sa coalition, au sujet de la politique migratoire. Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Lorenz Seehofer fait partie de la CSU, les conservateurs bavarois, et il vient de poser un ultimatum à Angela Merkel : soit elle trouve une solution avec les partenaires de l'Allemagne au Conseil européen, soit le ministère va commencer à refouler les migrants arrivant d'un autre pays européen. La CSU est sur un ligne très dure, qui peut mener à l'éclatement de la coalition, car sa majorité en Bavière est menacée par l'essor de l'extrême droite allemande, l'AfD.

    Mais la surenchère anti-migrants est dangereuse. Johann Chapoutot considère que la course à la domestication de l’extrême droite par la droite, voire par une partie de la gauche, ne fonctionne pas. Le fait de vouloir assécher le vivier de l’extrême droite en reprenant ses thèmes, ses idées et son vocabulaire, aboutit à une droitisation dure des partis de droite, voire des partis de gauche. Et l’extrême droite sort renforcée, elle est se trouve légitimée politiquement et culturellement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.