GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: réinvestiture du Premier ministre démis Ranil Wickremesinghe
    • Yémen: de violents combats et des raids aériens à Hodeïda malgré la trêve (sources progouvernementales)
    Europe

    Marine Le Pen condamnée à rembourser 300 000 euros au Parlement européen

    media Marine Le Pen le 10 mars 2018 à Lille, dans le nord de la France. PHILIPPE HUGUEN / AFP

    La condamnation de Marine le Pen à rembourser 300 000 euros pour travail fictif est confirmée par la Cour de justice de l'Union européenne. La Cour a estimé que la cheffe de l'extrême droite française devait rembourser cette somme réclamée par le Parlement européen, en raison de l'emploi injustifié d'une assistante parlementaire lorsque Mme Le Pen était eurodéputée.

    Avec notre envoyé spécial à Luxembourg, Quentin Dickinson

    Pour Marine Le Pen, ancienne avocate, cela ressemble à une Bérézina juridique. Ce mardi 19 juin, le tribunal de l’Union européenne a confirmé que l’intéressée avait bien à rembourser au Parlement européen 298 497,87 euros, somme qui correspond à un emploi parfaitement fictif d’une assistante parlementaire, réputée à son service de 2010 à 2016.

    Les juges européens ont balayé les uns après les autres tous les arguments avancés par Marine Le Pen : oui, le Parlement européen est habilité à récupérer toute somme détournée par un élu ; non, cela n’entame en rien l’indépendance des élus ; oui, c’est bien aux élus de démontrer l’éventuel bien fondé de leurs dépenses ; non, les droits de défense de Marine Le Pen n’ont pas été bafoués car elle a eu largement l’occasion de faire connaître son point de vue et qu’il n’y a eu aucun traitement discriminatoire à son égard.

    Les juges ont relevé que l’attachée parlementaire supposée entrait et sortait du Parlement européen sans laisser la moindre trace de l’utilisation de sa carte d’accès électronique, et qu’aucune preuve n’avait été fournie faute de domicile identifié de son hébergement chez des amis bruxellois. De ce fait, dit l’arrêt du tribunal, Le Pen Marion, dite Marine Le Pen, se voit condamnée à payer.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.